Retour sur nos origines… poilues : contrairement aux idées reçues, l’homme ne descend ni du singe ni même d’un arbre mais bien du poil !

Et c’est le biologiste Claude Gudin auteur d’un livre « histoire naturelle du poil » qui aime à rappeler que le poil est présent partout dans le monde vivant. Sans lui, les premiers organismes auraient été incapables de se développer. 

Lorsque la vie est apparue sur terre, il y a 3,6 milliards d’années, les poils étaient déjà présents dans la soupe primitive. Oui je sais un poil dans la soupe c’est écœurant… Mais pour les premiers organismes unicellulaires, ça a été la condition sine qua non pour survivre dans l’océan initial et fixer l’énergie solaire avec la photosynthèse. 

Pour ne pas couler au fond du bouillon ambiant et être en capacité de se nourrir, les micro-organismes se sont déplacés grâce à des flagelles et des cils vibratiles en guise de nageoire. 

Cette prouesse s’est avérée tellement efficace que les premières algues microscopiques ont entamé des rapprochements en se touchant du bout des flagelles !... Torride. C’est le début de la sexualité ! C’est donc par la nage et grâce aux poils que la vie s’est développée. Il suffit de regarder un spermatozoïde pour en être convaincu.  

Il y avait donc déjà des poils sur terre il y a plus de 3 milliards d’années ? 

Oui puisque des géochimistes qui travaillaient pour la recherche en pétrole et en charbon, ont retrouvé dans des sédiments calcaires et siliceux du Swaziland en Afrique ; l’empreinte d’organismes microfossiles poilus, datés de 3,4 milliards d’années. L’évolution est donc velue depuis la nuit des temps. 

Les poils dans la nature, ont des fonctions très variées. Mais généralement ils jouent le rôle d’interface entre l’environnement et l’intérieur des organismes. 

Ils ont une fonction d’alimentation, de circulation, de respiration, de reproduction et de réception sensorielle. Le système flagellaire est très complexe et chaque espèce les utilise différemment. 

Chez l’être humain quels rôles ont ils? 

Plusieurs mais ils nous protègent avant tout de la chaleur, du froid et des ultraviolets. 

C’est ce que font les cheveux sur le crâne. 

Les sourcils et les cils protègent l’œil des poussières tout comme les narines et des oreilles. Les poils des oreilles servent aussi à filtrer les sons, ceux du nez les odeurs.

Et puis les poils nous permettent aussi de maintenir une bonne hydratation de la peau grâce à la sécrétion du sébum des glandes sébacées. 

Précisions aussi que l’intérieur de notre corps est tapissé de poils. Vous vous rendez compte Nicolas, nous sommes velus de l’intérieur!!! Mais c’est nécessaire pour l’aération de nos poumons. 

Quant à l’extérieur de notre corps, nos deux mètres carré de peau possèdent quatre millions de poils avec sur chacun d’entre eux un muscle horripilateur. 

Si vous souhaitez d’ailleurs muscler et horripiler vos poils il vous suffit de vous mettre nu cinq minutes devant un frigo… 

Après tout c’est un passe-temps comme un autre. Allez tout le monde à poil ! 

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.