Ce matin dans l’édito carré, vous imaginez le scoop du siècle. Et si, pour la première fois, la découverte d’une vie extraterrestre était confirmée par les scientifiques ? L'humanité serait-elle bouleversée, paniquée ? Quel serait l’impact sociétal et psychologique d’une telle découverte ? Des chercheurs ont enquêté.

Oui un Breaking News tellement énorme que tous les médias de la planète ne parleraient que de ça : pour la première fois, la découverte d’une vie extraterrestre serait confirmée par les scientifiques

Imaginez ! Enfin la réponse à cette question qui nous obsède depuis les grottes de la préhistoire « sommes nous seuls dans l’immensité du ciel ? » 

Mais après cette annonce, une question se poserait immédiatement: comment réagirait l’Humanité, si en effet la science apportait la preuve qu’une autre forme de vie existe quelque part dans l’Univers. 

Serait-elle bouleversée, paniquée ? 

Quel serait l’impact sociétal et psychologique d’une telle découverte ? 

Et bien cette expérience de pensée, une équipe de chercheurs californiens l’a imaginée.

Et elle a basé son hypothèse sur un contact hypothétique avec une vie biologique extraterrestre. Une sorte de « Rencontre du troisième type » mais chez les microbes. 

Et pourquoi ce choix ? 

Et bien parce que dans les travaux antérieurs, la plupart des spéculations se sont concentrées sur des vies intelligentes. 

Dès 1953, le panel Robertson mettait en garde contre l’hystérie collective après à une telle révélation. 

En 2011 un sondage réalisé auprès de la population américaine révélait que 25% des personnes interrogées seraient totalement paniquées si un Alien entrait en contact avec nous. 

Dans l’étude qui nous intéresse, les chercheurs ont donc mis de côté les petits hommes verts, leur préférant la découverte d’une vie microbienne. 

Et comment ont procédé ces scientifiques pour imaginer notre réaction face à cette découverte ? 

L’équipe de Michael Varnum du département de psychologie de l’Université d’Arizona, a utilisé un logiciel d’analyse linguistique, pour passer au crible le langage utilisé dans les médias autour événements qui se sont déjà produits et qui ont été considérés comme des signaux potentiels venus d’ailleurs. 

Par exemple la découverte en 1967 de pulsars, des rayonnements électromagnétiques, attribués à tort à des émissions extraterrestres. L’annonce de vie microbienne dans une météorite martienne en 1996 a aussi servi d’exemple tout comme l’existence d’exoplanètes semblables à notre terre. 

Le logiciel a ensuite passé au crible l’ensemble de la couverture médiatique de ces évènements pour déterminer le total des mots qui dans chaque article reflétait l’affect positif ou négatif de ces annonces. 

Ils ont ensuite étudié l’effet produits par la lecture de ces articles sur 500 terriens américains. 

Alors Mathieu que donnent le résultat de cette étude ? 

Et bien les réactions sont globalement plutôt positives. Nul sentiment de peur ou de panique chez les humains interrogé qui accueilleraient avec curiosité et optimisme une autre forme de vie. Les réponses respirent la sérénité. Étrange non ? Personnellement je parierais plutôt sur un vrai bouleversement philosophique. 

Dans cette publication, seule la perceptive de la création d’une vie artificielle dans un laboratoire suscite des sentiments négatifs. 

En tous les cas je peux vous dire qu’à la Tête au Carré on est déjà au taquet et qu’on les attend de pieds fermes les formes de vie extraterrestres. Et on prend tout : les microbes comme les maîtres Yoda !  

Légende du visuel principal:
Et si la vie extraterrestre existait ? © Getty / Colin Anderson
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.