Ce matin dans l’édito carré, vous rendez hommage à la patience des mammifères…

Oui Nicolas et c’est peu de dire que notre grande famille des mammifères a fait preuve d’une maîtrise et d’une abnégation totalement unique dans l’histoire de la vie sur terre. 

Pensez que nos lointains ancêtres sont restés planqués sans moufter dans l’ombre des dinosaures pendant 155 millions d’années avant qu’une météorite providentielle ne vienne rabattre le caquet des dinos.

Et une publication sortie la semaine dernière dans la revue Nature confirme que les mammifères ont pu sortir de la pénombre le jour où les dinosaures ont été terrassés par l’objet céleste.

Et pourquoi une si longue attente ? 

Et bien parce que nous étions pris dans un goulot d’étranglement en raison de la pression écologique imposée par les dinos. C’est bien simple il n’y en avait que pour eux ! Que ce soit sur terre ou dans les airs, les dinosaures étaient les maîtres du monde en paradant avec leurs cornes ridicules, leurs crêtes sur la tête ou leurs plumes multicolores façon danseuses du Lido. 

Et pendant ce temps nous les mammifères avons dû resté planqué dans nos abris jusqu’à ce que l’inespérée  météorite opère une incroyable redistribution les cartes il y a 65 millions d’années.

Une véritable raclée pour ces gros lourdauds de lézards avec leur température corporelle dépendante des rayons du soleil et pas du tout adaptée au nuage de poussière qui a plongé la planète dans le froid. Les dinosaures non aviaires sont tombés comme des mouches.

En revanche pour nous les mammifères au sang chaud, ça a été du pain béni avec notre pelage au poil nous assurant une bonne régulation thermique. Nous étions parfaitement équipés pour quitter nos tanières. 

Et tout ça s’est fait du jour au lendemain ? 

Ah non loin de là ! Il a fallu du temps pour que les mammifères s’aventurent à la lumière. Et tout le monde ne s’y est pas risqué. Aujourd’hui encore la plupart des mammifères restent nocturnes car la nuit lorsque les prédateurs roupillent, les opportunités sont bien plus grandes pour trouver des ressources alimentaires en toute sécurité.

Après la disparition des dinosaures et la nourriture abondante on observe une explosion de la taille des mammifères. Bonjour l’embonpoint ! 

Des animaux qui faisaient la taille d’une souris passent à celle d’une vache. C’est une tendance lourde qui voit même apparaître des formes géantes. Il y a 30 millions d’années a vécu sur notre planète le plus gros mammifère terrestre ayant jamais existé : le baluchitère, un cousin du rhinocéros qui faisait 6 mètres de haut pour un poids de 20 tonnes ! 

Et parmi les premiers à avoir profité de la place laissée vacante par les dinosaures, figure les mammifères placentaires à laquelle appartient l’espèce humaine. 

Nous devons donc notre présence sur terre à nos ancêtres aventuriers qui ont quitté la nuit pour la lumière du jour. Qu’ils en soient ici chaleureusement remerciés. 

Tout comme Marion Le Tohic qui a traduit cet édito en langue des signes, à l'occasion de la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées

ALLER PLUS LOIN

►►► Semaine du handicap | Retrouvez en vidéo le billet de Sophia Aram, traduit en langue des signes par Marion Le Tohic

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.