Une nouvelle menace pour notre civilisation…et lorsqu’il s’agit de nous mettre le moral en berne et le trouillomètre à zéro, on peut toujours compter sur nos amis scientifiques qui ont toujours une petite publication de derrière les fagots à nous servir, histoire de transformer nos nuits paisibles en affreux cauchemars

C’est l’Université d’Oxford qui vient de s’en charger en nous annonçant que des super éruptions volcaniques beaucoup plus fréquentes qu’on ne le pensait, pourraient menacer notre civilisation. 

N’y allons pas par quatre chemin puisque c’est à peu près la pire catastrophes naturelles que nous pourrions connaître. Un feu d’artifice colossal qui nous rayerait sans doute de la carte. 

Alors une super éruption ça prend naissance dans la chambre magmatique, la zone souterraine du volcan ; une sorte de paradis pour Lucifer en folie où les roches en fusion montent en pression comme dans une cocotte-minute.

Lorsque le magma s’accumule et que la pression devient trop forte, le liquide explose à la surface à une vitesse supersonique. 

Et nos amis scientifiques d’Oxford estiment maintenant que la probabilité d’assister à une super éruption est désormais plus courte : tous les 17 000 ans en moyenne. Ce qui veut dire que les volcans représentent pour les humains un risque plus grand qu’on ne le pensait. 

La dernière super éruption s’est produite il y a 26 500 ans en Nouvelle Zélande et cette explosion méga-colossale a éjecté dans l’air 1000 gigatonnes de débris de roches et de cendres. L’équivalent de dizaines de milliers de fois la bombe d’Hiroshima. 

On peut envoyer la marche funèbre dès maintenant en régie, car les quantités de particules de cendres envoyées dans la stratosphère mettront  tellement d’années à retomber sur terre que les rayons du soleil ne parviendront plus à traverser l’épais nuage de poussière. Ce qui fera chuter drastiquement les températures. 

La terre entrera alors dans un très long hiver volcanique…  Notre planète ne sera qu’une boule de cendres grisâtres. Le monde vivant sera asphyxié et les pluies acides finiront de dégrader tous les écosystèmes. 

Comme ces volcans ne sont pas réglés comme des coucous suisses/ il est très difficile d’anticiper ce type de catastrophe. 

Et quand bien même nous pourrions connaître la date exacte d’une super éruption, nous n’aurions que nos yeux pour pleurer faute de moyens pour lutter contre ces monstres. 

Certains volcans sont aujourd’hui de bons candidats pour nous faire un jour une super éruption : Yellowstone par exemple aux Etats-Unis avec son réservoir géant de magma ou bien l’Indonésie, et plus près de nous la baie de Naples ou Santorin en Grèce. 

Bon soyez quand même rassurez, car ces évènements restent quand même très très très rares… 

Et ne me remerciez pas d’avoir à ce point égayé votre petit déjeuner. Mais la science n’est pas que joie et volupté Madame Salamé ! 

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.