La voiture autonome est régulièrement présentée comme la solution aux problèmes de circulation et d’environnement, pourtant elle semble avoir bien du mal à sortir des usines. Pour de nombreux spécialistes elle pourrait tout simplement ne jamais voir le jour !

Voiture autonome
Voiture autonome © Getty / Alexander Ryumin\TASS

Cela fait des années maintenant Nicolas qu’on nous fait miroiter que nous pourrions un jour grimper dans une voiture entièrement autonome et nous laisser conduire jusqu’à notre destination finale sans avoir posé une seule main sur le volant ni jeter un seul coup d’œil sur la route. 

Oui sauf que cette voiture régulièrement présentée comme la solution aux problèmes de circulation et d’environnement, semble avoir bien du mal à sortir des usines. Et pour cause. Pour de nombreux spécialistes elle pourrait tout simplement ne jamais voir le jour ! 

Selon John Krafcik, qui n’est autre que le patron de Waymo, la division dédiée aux voitures autonomes chez Alphabet (la maison mère de Google), des décennies seront nécessaires avant que ces autos puissent sillonner les routes - et même dans ce cas, elles pourraient toujours avoir besoin d’un conducteur. 

Pour les ingénieurs, cette voiture est sans doute le problème le plus difficile à résoudre, auquel l’humanité soit confrontée. Plus difficile encore que de mettre un homme sur la Lune et le ramener en toute sécurité sur Terre. C’est dire….

Pourquoi la voiture autonome pourrait ne jamais voir le jour

La voiture réellement autonome dont tout le monde rêve c’est celle de niveau 5. Ce niveau d’autonomie représente un énorme degré de contrainte. Et en matière de sécurité, les attentes de la part du public sont très élevées avec une tolérance proche de zéro concernant les blessures ou les morts causées par ces machines. 

L’image de ces voitures s’est d’ailleurs considérablement dégradée en novembre dernier lorsqu’un véhicule d’essai d’Uber a percuté et tué une femme qui traversait une rue de Phoenix dans l’Arizona.

Marc Rigolot, qui est directeur général de la fondation MAIF travaille sur le risque dans le domaine de la mobilité, estime que dès qu’une voiture autonome doit faire face à des situations complexes ou à des imprévus, l’humain reste plus efficace

Les résultats de l’enquête concernant la voiture qui a tué cette femme américaine montre que le véhicule a bien repéré quelque chose traversant la route mais il n’a pas su interpréter qu’il s’agissait d’une personne et que cela nécessitait un arrêt d’urgence. Cet accident a mis en lumière les défaillances réelles de ces engins.

Des drones de transports pourraient voir le jour avant la voiture 100% autonome

Selon Marc Rigolot, les drones volants transportant des humains existeront sans doute bien avant la voiture 100% autonome. En termes de sécurité il serait en effet plus simple de voyager individuellement en l’air que de se déplacer sur une route avec des interactions peu prévisibles à anticiper.

Elon Musk (le patron de Tesla) a beau faire croire que sa voiture autonome verra le jour dans les deux ans, chaque année il est obligé de repousser les délais de plusieurs années supplémentaires. 

Pour Marc Rigolot, la publicité autour de ces voitures est une véritable supercherie destinée à créer un mythe pour susciter de l’attente, du rêve et des financements pour les constructeurs. 

Si besoin, je passe vous chercher avec mon drone demain matin, ce sera plus sûr… 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.