Ce matin dans l’édito carré vous vous intéressez au bilan climatique de la France

Plus besoin Nicolas de redire ici que la situation environnementale planétaire et l’objectif de maintenir le réchauffement largement en dessous des 2°C nécessite que tous les pays du monde engagent dès maintenant des mesures très ambitieuses. 

C’est la condition sine qua non pour que la Terre ne devienne d’ici à 2100 une fournaise irrespirable.  

Dans ce contexte d’urgence climatique, il est donc intéressant de voir si la France met vraiment le paquet pour atteindre la neutralité carbone en 2050 telle qu’elle l’a annoncé dans sa loi de transition énergétique. 

Et là patatras. 

Alors qu’en novembre 2018, le Président de la République lui-même installait un Haut Conseil pour le Climat, chargé d’évaluer les avancées françaises en matière de lutte contre les gaz à effet de serre ; ce même organisme quelques mois plus tard pointait du doigt, dans deux rapports successifs, les insuffisances climatiques dans les politiques publiques françaises. 

Notre pays n’agit pas en cohérence avec ses ambitions pourtant largement affichées et la route semble encore longue pour réduire ses émissions de CO2 dans tous les secteurs de la société.  

Vendredi quarante-six députés de tous bords réclamaient au gouvernement une évaluation climatique des lois en demandant un principe « d'irrecevabilité climatique » et la mise en place d'« un mécanisme contraignant qui permettrait de rejeter des lois » jugées incompatibles avec la Stratégie Nationale Bas-Carbone. 

Les ONG se montrent également très critiques face au bilan climatique du Président de la République. Certaines le jugeant même totalement désastreux.

Et quels sont les points faibles de la France ?

Deux chiffres sont très parlant : sur la période 2015-2018, la France a réalisé 41 milliards d’euros d’investissements favorables au climat. Pas si mal me direz-vous. 

Oui sauf que dans le même temps, elle faisait 75 milliards d’investissement défavorables au climat

Sur cette période, les budgets carbones de la France ont été dépassés en particulier dans les secteurs du transport et du bâtiment. Cela fait plus de 10 ans que les émissions liées au transports ne baissent plus dans notre pays. De son côté, le plan de rénovation énergétique des logements affiche un retard abyssal. 

 La France est également à la traîne dans le déploiement des énergies renouvelables et elle a beaucoup de mal à lutter contre l’importation des émissions de carbone liées aux produits venant de l’étranger.  

Le gouvernement français s’était pourtant engagé à répondre dans un délai de six mois aux recommandations rédigées par le Haut Conseil pour le climat. Ce dernier attend toujours de ses nouvelles.  

La politique française est sur le papier l’une des plus ambitieuse au monde mais maintenant déclare la climatologue Corinne Le Quéré la présidente du Haut conseil pour le Climat, il faut mettre les actes en accord avec les textes et il est nécessaire que tous les ministères dans notre pays participe à cet effort.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.