Les enfants ont une capacité unique à nous épuiser, comme si la nature les avait dotés d’un petit lapin monté sur piles à la naissance. Et on sait aujourd'hui pourquoi ils ont une énergie débordante.

Observons un instant ces adorables bambins dans un moment d’interaction au cœur d’un bac à sable ou d’une cours de récréation. C’est bien une horde sauvage montée sur ressorts que nous voyons s’agiter sous nos yeux. 

Ils sont increvables, nous vident jusqu’à la moelle et ne semblent jamais retrouver le calme.

Depuis longtemps, les scientifiques se demandent ce qui est à l’origine de cette endurance qui a anéanti plus d’un parent depuis que Dieu a créé l’espèce humaine. Car, n’en doutons pas, le préadolescent néandertalien devait exténuer ses géniteurs de la même manière, même après une intense partie familiale de chasse au mammouth. 

Dans une étude réalisée par l’équipe de l’Université de Clermont-Auvergne dirigée par Sébastien Ratel et par l’Université Edith Cowan en Australie, les chercheurs nous expliquent pourquoi les enfants sont infatigables. Cette question est d’ailleurs si concernante qu’elle vient de faire l’objet un buzz formidable dans les médias du monde entier.

Qu’est-ce que les chercheurs ont cherché à savoir exactement ?

Le but était de déterminer si les enfants prépubères sont métaboliquement comparables à des athlètes et si cela se traduisait par des taux de fatigue similaires dans les deux populations. 

Les scientifiques ont donc organisé des exercices physiques intensifs chez 12 garçons âgés de 8 à 12 ans, 12 adultes non entraînés et 13 athlètes masculins d’endurance habitués aux séances intensives d’athlétisme, de cyclisme et de triathlon. 

Ils ont demandé à tout ce petit monde de réaliser des sprints à vélo et des courses à pied de courtes distances afin de mesurer la fréquence cardiaque, la consommation d’oxygène et la concentration d’acide lactique dans le sang. 

Quels ont été les résultats ? 

Et bien malgré leurs plus petites jambes, au cours d’un effort intense, les enfants sont beaucoup moins fatigables que les adultes non entraînés et aussi résistants à la fatigue que les athlètes endurants. 

Mais ce qui a surpris le plus les chercheurs, c’est la capacité de récupération des kids prépubères qui se remettent beaucoup plus vite que les grands sportifs. 

La  baisse de fréquence cardiaque est plus rapide chez les enfants. 

C’est la remarquable endurance musculaire des enfants qui fait toute la différence et leur disposition à éliminer rapidement certains déchets métaboliques comme le lactate. Cet avantage leur permet de retarder l’apparition de la fatigue et de récupérer plus rapidement. 

Le secret de l’énergie des enfants serait donc dans leur capacité aérobie qui correspond au débit maximal d’oxygène consommé lors d’un effort. 

Mais tout cela ne dure qu’un temps, car la puberté va entraîner un changement physiologique et musculaire qui va générer plus de fatigue et une récupération plus longue, ensuite, chez les adolescents. 

En attendant, pour les enfants prépubères, ce sont de longues années survitaminées qui leurs sont offertes grâce à une physiologie ultraperformante. C’est fascinant, mais aussi totalement déprimant pour des générations de parents qu’ils n’ont pas fini de mettre KO !  

Légende du visuel principal:
Le secret de l'énergie des enfants enfin mise à jour © Getty / Imgorthand
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.