Ce matin, vous nous racontez comment la Marijuana est arrivée un jour dans la pharmacopée occidentale…

Il s’appelle William Brooke O’ Shaughnessy, ce médecin chimiste Irlandais né en 1809 est l’un des pionniers de l’utilisation médicale du cannabis sur notre continent. La revue New Scientist relatait il y a quelques jours son parcours original et l’engouement suscité à l’époque par le potentiel thérapeutique de la plante. 

Envoyé en Inde en 1833, William O’ Shaughnessy dirige le collège médical de Calcutta et c’est dans les manuels anciens de médecine traditionnelle qu’il découvre le chanvre indien qui a servi pendant des millénaires de médicament dans de nombreuses cultures. Mais au 19ème siècle, il était largement tombé aux oubliettes. 

Et cette plante pique sa curiosité...  

Oui et c’est ainsi qu’il décide d’abord de tester la Marie Jeanne sur des chiens errants, des chats, des chèvres, des vautours et même des poissons rouges ! L’histoire assure que les pauvres bêtes qui n’avaient rien demandé à personne se sont rétablis sans dommages apparents !..

Arriva le tour des malades. O’ Shaughnessy prescrit d’abord le cannabis à trois rhumatisants. L’un d’entre eux ne s’arrête plus de jacter et commence à rire de façon incontrôlable. Mais tout rentre dans l’ordre et quelques jours après les trois cobayes sont guéris. 

Heureux de ses résultats Shaughnessy utilise ensuite le cannabis sur le choléra, le tétanos et même la rage ! Dans le cas du tétanos, les résultats sont spectaculaires. La résine de chanvre parvient à arrêter les spasmes musculaires et la progression de la maladie. Le cannabis accumule les preuves de son efficacité… 

Et comment est-il arrivé en Europe ? 

C’est au moment de la publication de ses résultats en 1842 dans une revue scientifique britannique que notre Docteur de la Beuh a littéralement catapulté le cannabis sur le devant de la scène médicale occidentale. Ce médicament providentiel provoque une énorme excitation. Même le médecin personnel de la reine Victoria l’expérimente sur son altesse Royale pour soigner ses céphalées et ses règles douloureuses !... 

En 1890 la revue The Lancet déclare qu’il s’agit de l’un des médicaments les plus précieux jamais mis en circulation. 

Le cannabis a du succès pendant un demi-siècle et puis il tombe en disgrâce. Mais pas pour des raisons morales. Non ! Pour des considérations pratiques. En effet, n’étant pas soluble dans l’eau, il ne pouvait pas être injecté dans les nouvelles aiguilles hypodermiques des seringues ! 

Ce sont les campagnes anti-stupéfiants et une législation sévère qui stoppent définitivement son usage médicinal.

Aujourd’hui le cannabis est embourbé dans un tabou français alors qu’un vaste mouvement de dépénalisation a émergé en Europe et aux Etats-Unis où il est utilisé comme anti douleur, délivré aux migraineux ou aux épileptiques. L’été prochain il sera légalisé au Canada, cinq ans après l'Uruguay, premier pays à l'avoir fait.

Malgré cela, la loi française interdit toute recherche ou production scientifique sur le sujet. Une situation qui aurait sans doute beaucoup contrariée Sir William Brooke O’Shaughnessy

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.