Ce matin dans l’édito carré, les secrets du vol du pissenlit enfin dévoilés par la science !

Le vol du pissenlit
Le vol du pissenlit © Getty / Purestock

Il s’en est fallu de peu que nous ne les mangions par la racine avant même d’en connaître les mécanismes les plus fous. 

Heureusement, une équipe de scientifiques de l’université d’Edimbourg vient de livrer les résultats d’un étonnant travail qui leur a permis de découvrir une forme de vol qui n’avait selon eux, jamais été observée auparavant dans la nature. 

Cette étude confirme au passage une réalité tout à fait déroutante du monde végétal : les plantes ne sont pas immobiles ! On se trompe en effet lourdement en les considérant comme des organismes figés à tout jamais dans le sol. 

Au contraire, elles bougent et peuvent même se déplacer sur de très longues distances

C’est ainsi que pour disperser leurs graines, les pissenlits utilisent le vent et les courants d’air ascendants. 

Et lorsque le temps est chaud, sec et venteux, certaines graines peuvent parcourir des dizaines voire même des centaines de kilomètres. Ce qui explique d’ailleurs qu’on trouve le pissenlit à peu près partout dans le monde. Pourtant, la drôle de boule de poils qui compose l’aigrette et sur laquelle on s’amuse à souffler est presque vide. Ce qui peut sembler étrange pour accompagner des voyages aériens longues distances. 

Sauf que derrière l’envol poétique du « dandelion » comme l’appelle les anglo-saxons, se cache un moyens très ingénieux pour profiter du vent et disperser les graines.  

Et comment ont procédé les chercheurs écossais pour le savoir ? 

Ils ont spécialement construit une soufflerie verticale pour pourvoir braquer leur caméras à haute vitesse et décortiquer chaque étape du vol. 

Jusqu’à maintenant, on pensait que l’aigrette du pissenlit dont le nom scientifique est « le pappus » se déplaçait légère et gracieuse à la façon d’un parachute. 

Mais les chercheurs ont découvert au-dessus de ce pappus une bulle d’air stable en forme d’anneau qui provoque un tourbillon permanent. Ce vortex qui est produit par la circulation de l’air est le secret du pissenlit. C’est lui qui améliore considérablement la portée des graines dans les courants d’air / en les aspirant vers le haut et en leur permettant de se maintenir longtemps au-dessus du sol. Selon les auteurs de l’étude la découverte de ce tourbillon fournit même la preuve de l'existence d'une nouvelle classe de comportement des fluides. 

Quelles applications pourrait-on envisager ?

Et bien grâce à ce mécanisme de vol qui serait quatre fois plus efficace qu’un parachute conventionnel, les chercheurs pensent que cela pourrait inspirer par exemple le développement d’une nouvelle génération de petits drones nécessitant très peu de consommation électrique. 

Donc lorsque vous soufflerez désormais sur les aigrettes d’un pissenlit pour faire un vœu par exemple, vous pourrez repenser à toute la science qui se cache derrière mais aussi au long voyage qu’entameront les graines que / comme la dame des dictionnaires Larousse / vous aurez contribué à semer à tout vent. 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.