Ce matin dans l'édito carré : un grand voyageur qui peut dépasser les 800 kilos…

Une campagne pour mieux connaitre le thon rouge
Une campagne pour mieux connaitre le thon rouge © Getty / Manfred Bortoli

Il s’appelle Thunnus thynnus, vous le connaissez sous le nom de « thon rouge de l'Atlantique », cette espèce emblématique qui a été victime de surpêche dans les années 90. 

Animal au sang chaud et à haute valeur marchande, le thon rouge préfère de loin traverser en liberté les océans plutôt que de finir en sashimi dans votre assiette. Capable de nager à très grande vitesse et sur des distances incroyables, ce poisson était encore entouré de mystères pour les scientifiques qui ignoraient par exemple l’ampleur exacte de ses habitudes migratoires.  

Des chercheurs français ont donc eu l’idée de lancer une campagne de marquage afin de découvrir les clés de son comportement et caractériser la dynamique spatio-temporelle de cet animal qui peut atteindre l’âge vénérable de 40 ans. 

Et en quoi a consisté cette campagne ?  

Pour tracer au mieux ce super prédateur et suivre ses moindre faits et gestes, les scientifiques de l’IFREMER et du CNRS ont développé les projets FishNchip et Popstar en se rendant l’année dernière au Sud de Malte dans une zone de reproduction. Après moultes opérations acrobatiques ils sont parvenus à poser des balises électroniques sur les nageoires dorsales de 5 thons rouges mesurant plus d’un mètre pour 200kg.  

Ces traceurs ont tenu entre 10 mois et un an avant de remonter à la surface et transmettre leurs données via le réseau satellitaire Argos. C’est donc une année entière de déplacements qui a pu être enregistrée en livrant aux chercheurs de vraies surprises.  

Alors, qu’ont-ils appris sur ces thons rouges ?  

Et bien que ces poissons sont des nageurs infatigables capables de faire défiler les miles nautiques au compteur.  

Si l’un des thons est resté sagement dans les eaux de la Méditerranée, un autre lui a parcouru en un an l’équivalent de deux transatlantiques soit… 10 000 kilomètres. Il a ainsi quitté son port d’attache pour rejoindre l’océan Atlantique où il a effectué une boucle de plusieurs mois via le Canada avant de rentrer au bercail en Méditerranée. Les chercheurs estiment que le thon rouge peut faire jusqu’à 220 kilomètres par jour, qu’il peut se déplacer à 30 km heure et même faire des pointes à 70 km/h en période de chasse. Ces migrations incessantes répondent à deux besoins essentiels : se nourrir dans les eaux froides et se reproduire dans les eaux chaudes.  

Le but de ces suivis est non seulement de documenter la science sur les pérégrinations de ces poissons mais aussi de comprendre comment évoluent leur migration dans le contexte du changement climatique.  Car même si la population de thons rouges est en augmentation suite aux mesures de protection prises depuis 2006, ce poisson reste comme tous les autres menacé par le réchauffement des océans, la pollution et le plastique.     

Le thon rouge champion longue distance on en parle cet AM dans la Terre au Carré. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.