Pourquoi les piments nous mettent-ils la bouche en feu ? Dans le piment, qu’est ce qui brûle autant ? Quels sont les risques ?

C’est le British Medical Journal qui rapporte le cas de cet américain de 34 ans ayant eu l’idée lumineuse de participer en 2016 au concours de dégustation du piment le plus fort du monde. Cette année là c’est le fameux Carolina Reaper, traduisez « la faucheuse de Caroline », qui avait été classé tout en haut de l’échelle des pires sensations de brûlures.   Et quelques heures après avoir avalé son piment, notre ricain un peu crétin était pris de convulsions avec d’intenses douleurs depuis la nuque jusqu’à l’ensemble du crâne. L’homme a été admis aux urgences alors que des migraines fulgurantes lui martelaient la tête avec l’intensité des cloches de Saint Pierre de Rome le jour de Pâques.   Bilan médical : rétrécissement temporaire des vaisseaux sanguins.  

C’est la première fois que de tels effets étaient observés suite à l’ingestion de piments. Totalement KO, l’état du champion mangeur de plats façon cucaracha est revenu à la normal après quelques semaines.

Mais ne le blâmons pas d’avoir été pressé d’aller frapper à la porte de Lucifer car sa péripétie nous donne aujourd’hui l’occasion de nous intéresser à la science des piments… 

Pourquoi les piments nous mettent-ils la bouche en feu ?

Il est quand même étrange de ressentir une telle sensation de brûlure alors qu’aucune cloque ou aucune plaie n'apparaît suite à l’explosion de chaleur. 

À l’origine de ce phénomène, on trouve le nerf trijumeau. Relié au cerveau et composé de trois branches qui vont vers les yeux, le nez et le fond de la gorge, il a pour mission de signaler le danger lorsque nous ingérons une molécule toxique. Le chimiste Raphael Haumont compare ce nerf à une sorte d’éthylotest naturel qui indiquerait au cerveau l’arrivée d’un conducteur bourré. 

Et lorsque le message d’alerte arrive, le cerveau déploie les grands moyens. C’est ce qui se passe lorsque nous pleurons face un oignon, nos larmes se déclenchent pour diluer la substance irritante. Avec le piment c’est la bouche en feu qui vise à stopper l’agression qui embrase le fond de la gorge.

Dans le piment, qu’est ce qui brûle autant ?

Une molécule qui porte le nom de « Capsaïcine ». C’est elle la responsable du brasier qui se répand dans nos tissus avec sa concentration qui fait exploser les seuils critiques du supportable. Cette molécule agit comme un exhausteur de goût mais aussi comme un amplificateur de plaisir ce qui explique pourquoi tant de personnes sont accros au piment dans de nombreuses régions du monde. 

En 1912, un chimiste américain Wilbur Scoville invente une échelle pour évaluer la puissance des piments. Sa méthode consiste à les broyer dans l’eau sucrée jusqu’à ce que les expérimentateurs ne détectent plus rien. Selon ses travaux, la capsaïcine pure nécessite d’être diluée 16 millions de fois avant que sa trace ne disparaisse complètement! 

Notre participant au concours du piment le plus fort du monde l’ignorait sûrement tout comme il aurait dû savoir qu’on ne surfe pas sur les flammes de l’enfer sans un entrainement du diable !  

Légende du visuel principal:
Pourquoi les piments nous mettent-ils la bouche en feu ? © Getty / Vesna Jovanovic / EyeEm
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.