Hier soir, un terrible incendie ravageait la cathédrale de Paris. La flèche s'est effondrée sur elle-même, les deux tiers de la toiture ont disparu - une toiture pluri centenaire… Mathieu Vidard revient ce matin sur le chantier de construction de Notre Dame, projet ambitieux commencé il y a 859 ans.

Notre-Dame de Paris
Notre-Dame de Paris © Getty / ilbusca

Nous sommes en 1160 : Maurice de Sully, nommé évêque de Paris, décide de donner à la capitale une cathédrale digne de la première ville de France avec la construction d’une église-cathédrale dédiée à la Vierge Marie (Notre-Dame) Ce projet devient alors le centre d’un gigantesque chantier urbain.

Et c’est tout le pays qui participe à un véritable crowdfunding médiéval pour que la construction puisse se faire. 

Depuis le Roi Louis VII jusqu’au peuple en passant par les notables, tout le monde se mobilise dans un grand élan participatif les uns en offrant de l’argent, les autres leur travail ou leur savoir-faire. 

Le chantier titanesque peut commencer et en 1163, la première pierre est posée

Pour être en mesure d’ériger le monument les bâtisseurs de l’époque vont faire appel à un nombre considérable de personnes. On parle de plus 300 ouvriers sur le chantier : des manœuvres, des hommes de corvée, des apprentis qui sont tous hyperspécialisés et qui étaient guidés par les maçons, les menuisiers ou les verriers. Sans oublier les femmes qui ont également pris part aux travaux, certaines faisant le mortier, le plâtre ou encore les décors. Et puis des bénévoles cantonnés aux tâches subalternes et qui ont été utilisés par l’évêque. 

Les historiens s’accordent à peu près tous sur le chiffre de 80 métiers différents autour de Notre Dame.

Pour les travaux, la rue Neuve est ouverte sur six mètres de large afin de permettre l’acheminement de tous les matériaux comme les pierres, les plaques de plomb et les poutres pour la charpente. Cette charpente partie dans les flammes hier et qui à elle seule a nécessité  21 hectares de chêne. C’est pour cette raison qu’on l’appelait « la forêt »

L’édifice s’inscrit dans ce nouvel art du gothique ou art ogival et la première période de la construction dure près d’un siècle.

Sur le chantier de Notre Dame, ce sont des milliers d’hommes et de femmes qui vont mettre leur science et leur savoir-faire au service de la cathédrale. 

Ces grandes constructions favorisent de nouvelles inventions et des prouesses techniques totalement inouïes pour élever des murs aussi hauts et réussir à y faire tenir des toitures aussi lourdes. C’est le principe de la voûte sur croisée d’ogives qui permet aux murs d’être plus légers pour percer également des vitraux afin de laisser entrer la lumière.

La cathédrale a connu de nombreuses périodes entre modifications, camouflage, vandalisme ou rénovation de grande ampleur comme au XIXe siècle. 

La prouesse architecturale autour de Notre Dame a sans aucun douté participé à la vague d’émotion qui s’est emparée du monde entier au moment de l’incendie. 

Il est fort à parier qu’un élan de très grande ampleur va se manifester pour aider les bâtisseurs modernes à entamer au plus vite possible sa reconstruction.

Aller plus loin

Mais aussi, sur France Inter 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.