En 1972, Marcel Bouché faisait paraître un grand inventaire des lombrics de France. Ces découvertes scientifiques ont bouleversé l’écologie. Cinquante ans plus tard, des chercheurs lancent un appel à la population pour une une opération baptisée #Bouché2022. Explications.

Et si vous aussi, vous participiez à l'opération #Bouché2022
Et si vous aussi, vous participiez à l'opération #Bouché2022 © Getty / Charles Gullung

Il s’appelle Marcel Bouché. Son nom ne vous dit peut-être pas grand-chose et pourtant Marcel est la star du ver de terre et donc de la géodrilologie, la science qui étude ces animaux. Cet ancien chercheur de l’INRA a en effet joué un rôle fondamental dans la connaissance de ceux qu’Aristote appelait « les intestins de la terre ». 

Marcel Bouché a commencé sa carrière dans un laboratoire dédié à la faune du sol en grattouillant de la terre et il s’est très vite pris de passion pour le peuple des lombriciens en se penchant sur le rôle clef de ces animaux. 

Et c’est ainsi qu’à la fin des années 1960, Marcel entame seul un "tour de France du ver de terre" qui va lui permettre de quadriller tout le territoire. Il bêche comme un fou et découvre des dizaines d’espèces inconnues parmi lesquelles des trucs qu’on imaginait même pas comme des vers géants de plus d’un mètre.

Et puis en 1972, Marcel Bouché réalise la grande œuvre de sa vie : un inventaire inédit des différentes espèces de lombrics.

Un inventaire des lombrics

Pendant son tour de France Marcel Bouché a effectué plus de 1500 prélèvements sur l’ensemble du territoire métropolitain. Avec ce travail titanesque, il a ainsi pu mettre en évidence les quantités réelles de lombrics présentes dans les sols ainsi que les réseaux de galeries creusés par ces animaux. 

Il découvre ainsi que sur un seul hectare de terre vivent plus d’une tonne de ces super bestioles. A eux seuls ces vers représentent entre 60 et 80% de toute la biomasse présente dans les sols. 

C’est considérable. 

Il comprend aussi que les lombrics avalent des tonnes de terre qu’ils rejettent sous forme d’excréments ce qui fournit une quantité très importante d’éléments nutritifs nécessaires aux plantes. Et plus incroyable encore, Marcel Bouché calcule que ces animaux peuvent creuser sur un hectare l’équivalent de 5000 km de galeries souterraines, galeries qui jouent un rôle essentiel pour l’absorption rapide de l’eau de pluie dans les sols. 

Ces découvertes scientifiques ont bouleversé l’écologie.  

Et bien figurez-vous que 50 ans plus tard en l’honneur des travaux de Marcel des chercheurs ont décidé d’organiser une opération baptisée #Bouché2022. 

Opération #Bouché2022

L’idée est de retourner sur le plus grand nombre de sites possibles répertoriés par notre géodrilologue en 1972 afin de décrire l’évolution des populations de vers de terre à 50 ans d’intervalle. 

Et pour réaliser cet échantillonnage historique de la biodiversité des sols, les scientifiques lancent un appel à la population pour effectuer les prélèvements. L’idée étant de comprendre si les vers de terre comme beaucoup d’autres espèces animales sont victimes du changement climatique et de l’artificialisation des sols. 

Si donc vous souhaitez aider la science et aller dénicher du vers de terre, vous saurez tout avec le #Bouché2022. On vous donnera tous les détails dans la Terre au Carré cet après-midi. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.