Ce matin dans l'édito carré, la question du gaspillage alimentaire... Et pour commencer retour dans les années 40 aux Etats-Unis. Pendant la Seconde Guerre Mondiale afin d’éviter les pénuries de nourriture, le gouvernement américain encourage les citoyens à ne plus faire de gâchis.

Réduire le gaspillage alimentaire en modifiant nos habitudes de consommation
Réduire le gaspillage alimentaire en modifiant nos habitudes de consommation © Getty / Peter Dazeley

Et il incite notamment à ne pas jeter les restes des repas, et à les donner plutôt aux toutous. Le sac à chien est né : le célèbre doggy bag. Avec des portions dans les assiettes souvent gargantuesques, les Etats-Unis ont ensuite démocratisé la pratique afin que les clients puissent rapporter sans honte leurs restes à la maison.  

Ce sac s’est depuis largement ancré dans la culture anglo-saxonne et asiatique. Mais encore dans l’Hexagone, où la peur de passer pour un gros « radin » demeure très présente. Mais à partir de 2021, tout va changer en France puisque les restaurateurs auront l’obligation de fournir des doggy bag aux clients qui le demandent.

Alors certes ça n’est pas avec le sac à chien que l’on va résoudre le problème du gaspillage alimentaire, mais les mentalités sont en train d’évoluer dans un contexte où le gaspillage est de moins en moins toléré.

Alors que représentent les pertes alimentaire dans notre pays ? 

Chaque année en France, près de 10 millions de tonnes de nourriture consommable partent à la poubelle. Et si l’on prend en compte l’ensemble de la chaine, de la production à la consommation, c’est l’équivalent de 150 kilos d’aliments par an et par habitant qui se retrouvent envoyés directement dans la benne à ordure. Pour la seule phase de consommation, chacun d’entre nous jette 30 kilos de nourriture dont 7 kilos de déchets alimentaires non consommés et encore emballés. 

Le gaspillage alimentaire est insupportable car il représente d’abord un énorme gâchis de ressources naturelles telles que les terres cultivables et l’eau. Mais ce sont aussi des émissions de gaz à effet de serre qui sont émises pour rien. Elles représenteraient selon l’ADEME, l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie 3% de l’ensemble des émissions nationales à l’échelle mondiale en raison de l’énergie nécessaire pour produire, transformer, conserver, emballer et transporter les aliments. Le gaspillage ce sont aussi des pertes estimées entre 12 et 20 milliards d’euros par an en France et enfin c’est un enjeu social et éthique à l’heure où 1 personne sur 10 dans notre pays se trouve en situation d’insécurité alimentaire. 

Et comment combattre ce fléau ? 

Et bien d’abord en modifiant nos habitudes à la maison pour qu’elles soient plus respectueuses. Les pertes des particuliers représentent 33% de l’ensemble du circuit alimentaire. Mais ça n’est pas suffisant. C’est la raison pour laquelle la France qui souhaite réduire de moitié le gaspillage à l’horizon 2025 a adopté mardi dernier une loi qui renforce les dispositions et qui prévoit à partir du 1er janvier prochain des mesures plus contraignantes en étendant la loi à la restauration et à l’industrie après la distribution. 

Le gaspillage alimentaire on prend le dossier en main cet AM de la Terre au Carré. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.