Ce matin l'édito carré semble traversé par un vent de panique…

Oui et la menace qui plane est suffisamment sérieuse pour que je vous en informe ce matin. Il s’agit probablement de la pire tragédie que notre Humanité puisse connaître Nicolas. Un événement majeur qui changerait à tout jamais la face du monde. Je veux parler de la disparition…………. du chocolat !!!! 

CRI
 

Oui je sais c’est affreux car un monde sans chocolat serait tout simplement impossible à vivre. 

Ce qui a mis le feu aux poudres ce sont des articles récents faisant le lien entre le réchauffement climatique et la culture du Cacao et qui prédisent la fin du chocolat pour 2050 !!!

Vous vous rendez compte, plus que 30 ans pour croquer de la tablette ! … 

Et dans la foulée, comme pour conjurer le sort, d’autres articles sont sortis pour rassurer les populations inquiètes et contredire cette funeste prévision.

Et alors y a-t-il lieu de s’inquiéter ? 

Et bien selon Christian Cilas qui travaille sur la filière cacao pour le CIRAD, rien ne sert d’être alarmiste mais la vigilance est quand même de mise. Pas tant en raison des températures qui augmentent que des épisodes de sécheresse prolongés. 

Le danger pour les cacaoyers viendrait surtout de l’augmentation de l’évapotranspiration dans les forêts tropicales où ils poussent. L’évapotranspiration c’est l'évaporation de l'eau du sol et la transpiration de la plante.

Autant le cacao serait capable de supporter sans problème les deux degrés d’augmentation annoncés par le GIEC; autant le manque d’humidité lié au stress hydrique pourrait sérieusement compromettre ses zones de culture. 

Et des pays comme la Côte d’Ivoire ou le Ghana qui représentent à eux seuls, plus de la moitié de la production mondiale de fève de cacao, ont déjà connu plusieurs épisodes de grande sécheresse. 

Et puis l’autre problème à ne pas négliger, c’est la consommation du cacao qui augmente partout dans le monde. 

Voilà que les chinois et les indiens ; qui se souciaient comme d’une guigne des saveurs du cacao ;  découvrent en grand nombre les plaisirs d’une bonne ganache. Et avec plus de deux milliards de personnes qui déboulent sur le marché, on peut s’attendre à des pénuries de chocolat dans les décennies qui viennent.     

Et alors il y a des solutions pour sauver le cacao ?

Oui il y a des pistes possibles comme le fait de faire remonter les cultures un peu plus haut dans les montagnes ou de replanter d’autres arbres près des cacaoyers pour leur fournir de l’ombre et les protéger de l’érosion et des insectes ravageurs. 

Une autre idée est aussi d’étudier la diversité génétique des cacaoyers qui n’est pas encore exploitée pour créer de nouvelles variétés. Le CIRAD prospecte depuis plusieurs années en forêt Amazonienne pour caractériser ce matériel génétique.

L’apocalypse du cacao n’est donc pas encore pour demain et les marmottes de Chamonix, chères à notre Dédé des Alpes, vont pouvoir continuer encore longtemps à mettre le chocolat dans le papier d’alu. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.