Des chercheurs de l’université de Durham, au Royaume-Uni, viennent de proposer un scénario qui ferait passer "Armageddon" pour un gentil film de Bisounours : le Grand Nuage de Magellan fonce vers notre voie lactée à la vitesse de 378 km/seconde.

Image d'illustration : la voie lactée entrant ici en collision avec la galaxie d'Andromède
Image d'illustration : la voie lactée entrant ici en collision avec la galaxie d'Andromède © Getty / LYNETTE COOK/SCIENCE PHOTO LIBRARY

Les résultats que les chercheurs britanniques proposent dans leur étude promet un joli feu d’artifice qui ne devrait pas déplaire aux amateurs de sensations fortes. Il concerne Le Grand Nuage de Magellan, une galaxie satellite voisine de la Voie lactée, visible dans le ciel de l’hémisphère Sud. Jusqu’à maintenant les scientifiques pensaient que notre avenir commun se poursuivrait dans une entente cordiale. 

Mais en réalité, les choses pourraient prendre une toute autre tournure. 

Les chercheurs britanniques prévoient en effet une collision entre le Grand Nuage de Magellan et notre galaxie dans deux milliards d’années. Et c’est l’ensemble de la Voie lactée qui s’en trouverait ébranlée. Situé à une distance de la Terre de 163 000 années-lumières, le Grand Nuage de Magellan est en train de foncer droit sur nous à la vitesse vertigineuse de 378 km/seconde. 

Comment ont procédé les scientifiques pour le savoir ? 

Ils ont d’abord pris en considération le fait que le Grand Nuage de Magellan est beaucoup plus massif que ce que l’on pensait encore récemment. Il est en effet composé d’une énorme quantité de matière noire, ce qui signifie qu’il va perdre rapidement de l’énergie et qu’il va être attiré par la Voie lactée. À partir de cette donnée, les chercheurs ont procédé à des simulations numériques. Elles indiquent qu’au lieu de tourner en orbite à bonne distance, le Grand Nuage de Magellan va nous heurter et fusionner avec notre galaxie

Cette fusion aura pour effet d’éjecter des étoiles hors du disque principal dans le halo où se trouve étoiles, gaz et matière noire. 

Alors, bien sûr, on tremble à l’idée que notre soleil fasse partie du coup de balai et soit propulsé comme une vulgaire boule de billard. 

Mais, soulagement selon les scientifiques, la probabilité d’un exil cosmique est d’environ 1 à 3% en raison de la position du système solaire située dans la banlieue de la Voie lactée.

Pour la suite du scénario, une fois que le Grand Nuage de Magellan aura fusionné avec la Voie lactée, il viendra nourrir le trou noir supermassif qui se trouve au centre de la galaxie en multipliant par dix sa masse actuelle. Une soudaine abondance de carburant qui va ouvrir l’appétit du trou noir en lui faisant dévorer des quantités énormes de gaz et de matière. 

La vie des galaxies n’est pas un long fleuve tranquille et d’ailleurs notre Voie lactée s’est formée à la suite de précédentes collisions. Et ça n’est pas donc pas fini, d’autres encore, et bien plus effrayantes, s’annoncent à l’horizon. La collision avec la galaxie d'Andromède s’annonce comme une catastrophe titanesque qui pourrait cette fois totalement détruire notre Voie lactée. 

En attendant, dormez en paix, le choc n’aura lieu que dans quatre milliards d’années ce qui nous laisse un peu de temps pour nous organiser. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.