Ce matin, diagnostic sur la série « Chernobyl » qui vient d’être diffusée sur HBO. Saluée en Occident pour son réalisme et son objectivité, cette série en cinq épisodes, qui fait le récit de la catastrophe du 26 avril 1986, est devenue la mieux notée sur les sites de référence devançant même « Game of Thrones ».

La série Chernobyl - saison 1
La série Chernobyl - saison 1 © Copyright HBO

"Chernobyl", série à succès

Ce succès est une vraie surprise, si l’on en juge depuis 30 ans par le désintérêt, voire le rejet de la part du public qui ne s’est pas rué pour lire ou pour se rendre dans les expositions consacrées à l’accident. Seul l’ouvrage de Svetlana Alexievitch La Supplication est devenu un best-seller. 

Conséquence directe du succès de la série « Chernobyl », le tourisme autour de la centrale est en train de grimper en flèche

Est-ce un phénomène nouveau ? 

Alors pas tout à fait car le tourisme industriel a toujours été à la mode. Et comme l’indique l’historienne Galia Ackerman, l’engouement du public pour les ruines et l’empire éclaté de l’URSS a toujours été présent

Elle raconte que les gens se rendent à Tchernobyl pour toutes sortes de raisons depuis leur lune de miel jusqu’à des traversées clandestines avec des passeurs qui emmènent des visiteurs prêts à prendre tous les risques sur les lieux interdits de la catastrophe. 

Galia Ackerman a ainsi vu des groupes de touristes en mal de sensations fortes totalement surexcités lorsque les compteurs Geiger se mettaient à grésiller dans les zones hautement radioactives. 

Plus récemment, on a vu circuler dans les médias, les selfies des Instagrameurs se prenant en photo dans les décors fantomatiques de Tchernobyl, certain(e)s n’hésitant pas à s'exhiber en culotte à quelques mètres seulement de la centrale nucléaire. 

Un mélange d’indécence et de Disneylandisation des lieux qui laisse pantois. Mais la série « Chernobyl » n’a pas que des mauvais côtés, puisqu’elle a aussi le mérite de remettre des questions au cœur des réflexions. 

Lesquelles ? Celles concernant l’atome et qui fait figure de vrai dilemme pour l’humanité. Car cette énergie que certains présentent comme la réponse au changement climatique du fait de ses très faibles émissions en CO2 peut aussi engendrer les pires conséquences comme l’ont montré Hiroshima, Nagasaki, Tchernobyl ou Fukushima. 

Le choix du nucléaire est-il un risque avec lequel nous pouvons vivre au nom de notre confort et de la sauvegarde de la planète, ou est-ce une option inacceptable en raison des catastrophes qu’il peut engendrer ? La réponse à ce dilemme n’est toujours pas claire. 

La série « Chernobyl » est en tous les cas le récit d’un véritable gâchis avec cette énorme décharge nucléaire dont les effets se feront sentir encore dans des centaines ou des milliers d’années.

Elle rappelle aussi que l’Europe est passée très près du désastre avec une explosion nucléaire de plus grande ampleur qui aurait pu rendre notre continent totalement inhabitable

► « Chernobyl » est disponible sur OCS et vous pouvez compléter le sujet avec le livre de Galia Ackerman Traverser Tchernobyl qui est sorti, en 2016, chez Premier Parrallèle. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.