Les sapins vont finalement pouvoir être vendus, dès vendredi, donc je sors un autre arbre pour vous en parler, le marronnier, en journalisme, avec cette question qui nous turlupine chaque année : sont-ils écologiques, les sapins de Noël ?

Les sapins de Noël sont-ils écolo ?
Les sapins de Noël sont-ils écolo ? © Getty / Linda Raymond

Alors, aux adeptes du sapin artificiel, je le dis tout de go, c’est NIET. En plastique, importé la plupart du temps d’usines chinoises, il faudrait 20 ans pour amortir son empreinte carbone, sachant qu’on le change en moyenne tous les 3 ans, donc oubliez. 

Pour les sapins naturels, qui représentent 85% des ventes en France, 6 millions d’arbres l’an dernier, c’est moins catégorique. D’abord parce qu’on ne décime pas les forêts pour décorer nos salons, ils sont tous cultivés dans des champs, ces sapins, pas du tout dans la montagne… Très majoritairement en France sur 5000 hectares, dans le Morvan en particulier, le reste, 20%, venant de Belgique ou du Danemark. Et les producteurs avancent des bénéfices pour la stabilité des sols, la biodiversité ET la captation du CO2. Bref que des avantages à les entendre. Mais… il y a un mais… plusieurs, même !

Lesquels ?

D’après certains défenseurs de l’environnement, la monoculture épuise au contraire les sols, et n’est pas un habitat très confortable pour les grosses ou petites bêtes. Et puis, surtout : les pesticides (insecticides, fongicides, herbicides – le glyphosate), bref tous les intrants utilisés pendant les 5 à 10 ans qu’on cultive un sapin, avant de le couper, c’est toujours comme ça que l’histoire se termine… Il reçoit une dizaine de traitements par an, qui touchent tout l’écosystème du coin. 

Quel que soit le sapin, Camille ?

Oui la star, Nordmann, sans odeur et dont les aiguilles ne tombent pas, l’épicéa qui, pour le coup, sent le sapin, ou encore le nobilis au feuillage vert bleu… Avec en plus des hormones régulatrices de croissance pour un arbre bien touffu comme on les aime… Tout ça vient casser un peu le naturel de la chose, n’est-ce pas ? MAIS la transition est en marche, avec l’apparition de certains producteurs bio parmi les 800 en France (alors ça ne fait que 35 000 sapins environ aujourd'hui, une goutte d’eau, mais il y a la volonté)… Pendant que les autres assurent réduire l’utilisation des produits chimiques. 

Cela dit, l’impact des sapins de Noël français pour la planète resterait marginal, donc, ne culpabilisez pas outre mesure. Vous pouvez en revanche, si ce n’est déjà fait, tenter d’innover en laissant s’exprimer votre créativité : fabriquez-le, votre sapin de Noël ! Avec du bois récupéré, des livres empilés, des échelles, des collages ou guirlandes lumineuses sur le mur, ou pourquoi pas, c’est mon idée préférée, une montagne de boites d’œufs, très pratique en plein milieu du salon. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.