C’est un véritable psycho drame qui se joue depuis années autour de Pluton. Des astronomes (américains en particulier) l’ont en effet toujours en travers de la gorge depuis que ce corps céleste a été relégué dans le classement officiel lui confisquant du même coup sa neuvième place dans le carré VIP des planètes.

C’est en raison de ses dimensions trop petites qu’en 2006 et après des débats houleux, l’Union Astronomique Internationale décide que Pluton ne sera désormais plus considérée comme une planète. L’astre déchu est devenu depuis un objet mineur – numéro 134 340.

Définition d'une planète 

Les conditions sont simples :

  • Une planète doit d’abord tourner autour de son étoile. 
  • Elle doit être assez grosse pour posséder une forme sphérique.
  • Elle doit avoir nettoyé son environnement de tout corps rival. Une planète règne seule sur son orbite, avec bien sûr ses lunes éventuelles. 

Et c’est là que le bas blesse pour Pluton, la cra-cra qui n’a pas fait le ménage autour d’elle. 

Elle évolue en effet dans une région très lointaine du système solaire appelée « la ceinture de Kuiper ». Là se trouvent des milliers de petits débris rocheux qu’elle n’a pas encore attirés vers elle. On appelle ça d’ailleurs des objets transneptuniens… C’est joli hein ? 

Pluton, simple planète-naine ?

Pluton a donc été reclassée comme planète-naine, quelque chose d’intermédiaire entre un simple astéroïde et une vraie planète. C’est un peu la loose quand même…

Et ça n’a pas été du goût des américains qui ont vécu cette sortie du classement comme une véritable blessure narcissique. Il faut dire que Pluton est la seule planète qu’ils ont découverte dans le système solaire en 1930. Et voilà qu’on l’éjecte comme une malpropre de la nomenclature. Impardonnable… 

Depuis ses défenseurs essayent par tous les moyens de la faire remonter sur son trône.

Pour un retour de Pluton comme 9e planète du système solaire ?

Pour défendre le statut de Pluton, ses défenseurs publient des études. La dernière en date publiée par l’Université de Floride est sortie la semaine dernière. Elle remet en cause l’objectivité des critères choisis par l’Union Astronomique Internationale en rappelant par exemple qu’aucune planète n’a réellement nettoyé son orbite. 

Et outre-Atlantique l’affaire est sensible. Régulièrement des enfants écrivent aux astronomes pour dire qu’ils sont tristes et que Pluto – comme le chien de Disney – doit redevenir une planète. Il existe même des manifestations comme le « Pluto Day » le 18 février où les supporters défendent avec passion leur ami lointain. 

Et si le véritable sujet était ailleurs ?

Mais pour l’astrophysicien François Forget tout cela n’est qu’une histoire de vocabulaire sans importance. 

Qu’elle soit naine ou pas, Pluton reste une planète. Et malgré les 5 milliards de kilomètres qui nous séparent d’elle, elle est un des objets les plus passionnants à étudier en raison de son intense activité géologique faite de dunes, de cratères et de glaciers géants.

Légende du visuel principal:
Pour un retour de Pluton en tant que 9e planète du système solaire ? © Getty / David Arky
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.