Mathieu, ce matin dans l’édito carré : éloge de l’histoire naturelle…

Oui et je ne sais pas vous Nicolas mais lorsqu’on j’entends les mots « Histoire naturelle », je repense immédiatement à mes cours de Science Nat au collège. Epoque jubilatoire où nos visages adolescents rougis par les lotions anti acnéique, découvraient interloqués les bizarreries de la nature. Je nous revois dans nos blouses immaculées entrain de procéder au tri des pelotes de réjection, ces boulettes de régurgitation de rapaces qui renfermaient mille et un trésors parmi lesquels les restes non digérés d’ossements ramollis et de poils mouillés de petits rongeurs.  

Mais je garde aussi en mémoire ce point culminant de l’année, ce climax des cours de Science Nat : la dissection de la grenouille. L’état d’excitation dans lequel nous mettait cette expérience était indescriptible. Entre curiosité et dégout, cette opération, aujourd’hui formellement interdite, a été pour beaucoup des générations d’écoliers, une approche marquante des Sciences de la nature. Mais il y a heureusement aujourd’hui d’autres moyens de nous sensibiliser à la nature … 

Et lequel Mathieu ? 

Et bien par le biais de petits ouvrages comme ce manifeste du Muséum qui en 30 pages et sous la plume d’une vingtaine de naturalistes, anthropologues ou philosophes, nous rappelle le rôle essentiel joué par les sciences de la nature. 

C’est Bruno David, le Président du Muséum National d’Histoire naturel qui est à l’initiative de cet essai qui est un véritable guide de survie pour nos sociétés traversées par une crise environnementale majeure, par un retour des obscurantismes et par une diffusion sans limite des fake news. 

Derrière son aspect cabinet de curiosité qui peut parfois nous sembler suranné, l’histoire naturelle nous raconte au contraire l’épopée inouïe de la Terre et de la vie, les richesses de la biodiversité, la fragilité des écosystèmes, les évolutions du monde vivant ou les ressources dont nous jouissons.

Et puis elle nous remet à notre juste place dans l’arbre du vivant nous petits microbes homo sapiens qui détenons pourtant un pouvoir de nuisance et de transformation sans pareil.  

Et comment l’histoire naturelle peut nous aider à lutter contre les obscurantismes ? 

Et bien en s’appuyant sur les faits et en nous rappelant comment procède la science pour les décrire. C’est la base de la méthode scientifique, toujours basée sur l’observation et l’expérimentation. Et c’est en procédant de cette manière que l’on peut structurer notre raisonnement, affuter notre pensée critique et éviter de distordre la vérité. 

L’Histoire Naturelle joue aussi un rôle essentiel en faisant office de « disque dur de la nature » au travers de collections. Ce peut être des herbiers, des jardins botaniques, des échantillons de forages océaniques, des séquences d’ADN, des fossiles ou des météorites. Cet inventaire est capital pour comprendre l’évolution du monde à différentes échelles du temps.   

Au moment où les pressions de l’homme n’ont jamais été aussi fortes, il est temps de construire un pacte de non-agression en nous forgeant la culture scientifique nécessaire. 

C’est l’idée de ce « manifeste du Muséum » qui est publié en français et en anglais aux éditions Reliefs et qui pourrait trouver sa place au pied de votre sapin.  

Légende du visuel principal:
La grande galerie de l'évolution au Muséum d'Histoire Naturelle de Paris © Getty / Christopher Groenhout
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.