Ce matin dans l’édito carré, la question de l’origine de l’eau sur terre…

L'eau sur Terre - Vue de la Terre depuis l'ISS
L'eau sur Terre - Vue de la Terre depuis l'ISS © Getty / Roberto Machado Noa

Le 28 août dernier, la cosmochimiste Laurette Piani et son équipe du centre de recherches pétrographiques et géochimiques de Vandœuvre-lès-Nancy, publiait dans la revue Science, une étude qui a eu pas mal de retentissement.  

Notre planète faut-il d’abord le rappeler est tout à fait singulière dans la famille des planètes rocheuses du système solaire puisque c’est la seule qui abrite de grandes étendues d’eau liquide à sa surface. Une caractéristique essentielle pour l’apparition de la vie.  

Mais d’où tout vient justement toute cette eau qui recouvre 70% de la surface de notre planète bleue ? Etait-elle présente dans les roches dès l’origine de la formation de la terre il y a 4,5 milliards d’années ou a t-elle été apportée plus tard par des astéroïdes et des comètes ? Ou bien est-ce les deux à la fois ? L’hypothèse formulée par les scientifiques lorrains pourrait changer la compréhension sur cette question. Selon Laurette Piani et ses collègues en effet, la terre aurait été dès son origine riche en eau contenue en abondance dans les roches qui l’ont constituée, ce qui contredit la thèse qui dominait jusqu’alors et qui affirmait que l’eau a été apportée par des météorites hydratées.  

Et comment ont-ils procédé pour le savoir ? 

Ils ont comparé « l’eau » ou plutôt ses constituants, l’hydrogène et l’oxygène, contenus dans plusieurs météorites qui ont le même âge que la terre primitive avec l’eau des océans d’aujourd’hui. Et ils montrent que les roches qui ont formé la terre dès le départ contenaient suffisamment d’hydrogène pour expliquer une grande partie de l’eau qui est à la surface de la terre mais aussi dans son manteau. Une véritable surprise pour les chercheurs qui ne pensaient pas en trouver autant. 

Laurette Piani explique que « l’eau qui est présente à la surface de la terre nous semble très abondante et pourtant elle ne représente en fait qu’un faible pourcentage de la masse totale de la terre de l’ordre de 0,02%. L’intérieur de la Terre pourrait en revanche constituer le principal réservoir d’eau terrestre avec selon les estimations entre 1 et 10 fois la quantité totale de l’eau des océans ». Précisons que  « l’eau » à l’intérieur de la terre fait plutôt référence à des hydrogènes incorporés sous différentes formes dans les minéraux, les laves et les fluides. N’imaginez donc pas des océans sous terrain dans lesquels nageraient des poissons…  

Est-ce que cela signifie qu’il faut oublier l’apport de l’eau par des astéroïdes ?  

Non pas du tout, l’étude de Laurette Piani, n’exclut pas un apport tardif en eau par ces corps célestes, mais ces travaux bouleversent la vision que nous avions des origines de l’eau terrestre puisqu’au départ on pensait que la terre n’était qu’une boule toute sèche.  

Cette découverte concluent les auteurs pourrait rebattre les cartes sur la probabilité d’existence d’autres planètes bleues comme la nôtre. Et nous y reviendrons cet AM dans la Terre au carré.  

L'équipe
Thèmes associés