Les surprises s’accumulent concernant notre microbiote intestinal, cette jungle dans laquelle grouillent en silence toutes sortes de micro-organismes : une équipe de l’Université de Californie à Berkeley annonce la découverte de bactéries capables de fabriquer… de l’électricité.

Les Indiana Jones de la biologie avançant courageusement dans cette forêt tropicale pour en découvrir la diversité. Il faut dire qu’avec une estimation de 100 000 milliards de bactéries cet écosystème offre un terrain de choix pour mieux comprendre les richesses de cette population considérée comme un organe à part entière. 

Dans une étude parue la semaine dernière dans la revue Nature, une équipe de l’Université de Californie à Berkeley annonce la découverte de bactéries capables de fabriquer… de l’électricité

Les scientifiques connaissaient déjà l’existence de ces bactéries appelées « électrogènes » dans des environnements exotiques comme les mines, les fonds de lacs, les eaux usées ou le compost. Mais ils avaient manqué jusqu’à maintenant une source bien plus proche d’eux : directement dans l’intestin humain. 

Que sait-on exactement sur ces bactéries électrogènes ? 

Ces Listeria monocytogènes sont à l’origine de maladies alimentaires comme la listériose qui apparaît après avoir consommé des produits laitiers non pasteurisés ou de la viande crue. Elles sont aussi responsables de la diarrhée. Pas très ragoûtant je vous l’accorde, mais la science, c’est pas fait pour les chochottes ! 

C’est dans le tractus gastro-intestinal, la plus grande partie de notre tube digestif, que ces bactéries génèrent un courant électrique. 

Le processus biochimique qu’elles utilisent est appelé transfert d’électron extracellulaire. Ce terme barbare, un peu difficile à assimiler entre la gorgée de Ristretto et la tartine de marmelade, décrit la façon simple mais hautement évolué avec laquelle ces bactéries fabriquent de petits courants électriques en transférant des électrons à travers leur paroi cellulaire et à l’extérieur même de la cellule. Ce sont comme de minuscules orages à l’intérieur de votre ventre

Le processus est similaire à la façon dont nous les humains utilisons l’oxygène pour respirer et produire de l’énergie. 

Est-ce que cette découverte va ouvrir de nouveaux horizons ? 

Selon les scientifiques, du point de la vue de la recherche fondamentale, cette découverte permet non seulement de connaître une nouvelle population bactérienne mais aussi de livrer de nombreuses informations sur la façon dont ces micro-organismes nous infectent ou nous aident à avoir un intestin en bonne santé

Du côté des applications, ces bactéries pourraient contribuer à la fabrication de piles « vivantes » pour générer de l’électricité par exemple dans les usines de retraitement des déchets. 

Mais un bémol cependant car ces « biopiles » fonctionnent très bien en laboratoire, mais beaucoup moins à l’échelle industrielle. Les microbes ne se laissent pas apprivoiser si facilement.

Non, les bactéries productrices d’électricité ne céderont pas face à l’exploitation du Grand Capital !

Légende du visuel principal:
Des bactéries sont responsables de mini orages dans nos intestins ! © Getty / Magictorch
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.