Des scientifiques chinois évoquent dans "Science" une méthode d’alimentation qui n’aurait jamais été observée chez un arthropode : chez les araignées sauteuses de l’espèce Toxeus Magnus, les bébés se nourrissent de gouttelettes de "lait" sécrétées par la fente génitale de la mère.

En observant ces araignées au microscope, les chercheurs se sont aperçus que dans les vingt premiers jours après l’éclosion, les petits ne bougeaient pas du nid familial et que la mère ne sortait pas non plus à l’extérieur pour aller chercher de la nourriture. Pourtant les juvéniles présentent une croissance normale avec une taille multipliée par quatre ! 

Les chercheurs se sont aperçus que les bébés se collaient directement à l’abdomen de leur mère comme pour la « téter ». Les scientifiques comparent ce comportement à la lactation et auraient mis la main sur le premier « lait d’araignée ».   

Exactement comme les mammifères ?  

Et bien c’est là que le bât blesse car les termes utilisés par les scientifiques sont très trompeurs. Selon l’arachnologue Christine Rollard parler « d’allaiter » ou de « téter »pour l’araignée est totalement hors de propos car les femelles ne possèdent pas de mamelles et n’ont rien à voir avec les mammifères. 

Cependant l’observation des scientifiques chinois intrigue beaucoup les spécialistes qui s’interrogent sur la nature exacte de ce liquide nourricier. Car c’est la première fois qu’on signale une sécrétion jaunâtre sortir de la fente génitale de l’araignée mais aussi une période aussi longue de 40 jours de nourrissage des petits auprès de leur mère. 

Selon Christine Rollard, ce liquide très protéiné pourrait être celui qui entoure les œufs et qui ressemble à une sorte de ciment protecteur. Mais des études complémentaires sont nécessaires pour percer les secrets de cette sécrétion. 

Et comment la mère nourrit les jeunes en général ? 

Et bien de différentes façons. La mère peut par exemple pondre des œufs supplémentaires mais non viables pour les petits qui sont déjà sortis. Elle peut aussi régurgiter des aliments comme chez les oiseaux. 

Mais les juvéniles savent aussi très bien se servir à manger tout seul. Le mode d’alimentation le plus répandu reste en effet le cannibalisme. Sur les 47 800 espèces d’araignées qui ont été recensées, l’immense majorité est cannibale. Et cette pratique alimentaire peut commencer très tôt dès le cocon de soie qui protège les œufs. À l’éclosion, les jeunes affamés n’hésitant pas à dévorer leur frères et sœurs. 

Mais figurez-vous qu’en en cas de pénurie alimentaire les sales gosses peuvent aussi manger directement leur propre mère. Et pour faciliter la tâche de sa progéniture maman araignée peut se liquéfier pour offrir à ses bébés une bouillie facile à ingurgiter. On appelle cela de la matri phagie. Une stratégie évolutive plutôt radicale vous en conviendrez mais un bel exemple d’abnégation maternelle. 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.