Est-ce que vous vous êtes déjà demandé si vous aviez vraiment l’âge de vos artères ? Cette formule pleine de bon sens populaire trouve sa traduction dans la science puisque l’on sait que notre santé dépend de notre système cardio-vasculaire.

Santé : le secret est dans le mouvement
Santé : le secret est dans le mouvement © Getty / Chin Leong Teoh / EyeEm

L’âge de vos artères, c’est la différence entre votre âge chronologique et votre âge biologique

Vous pouvez avoir 48 ans d’âge chronologique mais avoir les artères de quelqu’un de 20 ans (ce que je vous souhaite, bien évidemment).  

Mais l’inverse est aussi vrai. Vous pouvez avoir 48 ans et l’âge des artères d’un vieux monsieur. Et c’est là que le bât blesse car avec les outrages de l’âge, les artères s’épaississent, les vaisseaux se rétrécissent et deviennent plus rigides. 

Sachez que si vous avez des facteurs de risque, vous pouvez faire calculer l’âge de vos artères, histoire de voir si elles présentent une belle élasticité. Pas inutile lorsque l’on sait que la santé vasculaire est un des meilleurs marqueurs de la santé générale et du cœur en particulier.

Comment faire pour avoir des artères en bonne santé ? 

En plus d’avoir une alimentaire saine et équilibrée, d’éviter le stress et le manque de sommeil, le maître mot est de bouger !

Le cardiologue François Carré qui a publié un ouvrage sur les dangers de la sédentarité rappelle qu’un cœur sédentaire est un cœur qui perd de son efficacité. L’activité physique permet au contraire d’entretenir l’activité de nos vaisseaux. Et une étude récente de l’University College de Londres montre que quel que soit l’âge, l’activité physique procure un profond bien être pour l’organisme en inversant le processus de vieillissement des principaux vaisseaux sanguins. 

Et pour faire gagner quelques années de souplesse à vos artères, vous pouvez par exemple vous entraîner pour le marathon comme les 139 coureurs débutants âgés de 21 à 69 ans qui ont participé à cette étude anglaise. 

Après plusieurs mois à courir entre dix et vingt kilomètres par semaine, les coureurs avaient gagné… quatre ans d’âge biologique ! 

Un bénéfice non négligeable en terme cardio-vasculaire.

Et figurez-vous que ce sont les participants les plus âgés qui ont le plus bénéficié de cette réduction de la rigidité de l’aorte, cette artère par laquelle le sang oxygéné irrigue l'ensemble de l'organisme.

Il faudrait courir le marathon pour ça ? 

Et bien non, rassurez-vous, vous n’avez pas besoin de vous fatiguer autant pour faire regagner de la souplesse à vos vaisseaux. 

Dès que vous remettez en route un peu d’activité physique comme de la simple marche, vous restimuler immédiatement vos artères. L’effet de souplesse est direct et rapide.

Donc pas besoin de préparer le marathon ou d’être un petit jeunot pour commencer à vous bouger. Vous n’avez donc absolument plus aucune excuse…

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.