À l’occasion de l’exposition événement qui démarre samedi à la grande Halle de la Villette, Mathieu Vidard s'interroge : qu'en était-il vraiment de la santé du Pharaon ? Souffrait-il de cyphoscoliose, de drépanocytose, de la peste, d'un méningiome, de la tuberculose, du syndrome de Marfan ou d'épilepsie ?

Sarcophage doré du roi Toutânkhamon dans sa chambre funéraire dans la vallée des rois, près de Louxor
Sarcophage doré du roi Toutânkhamon dans sa chambre funéraire dans la vallée des rois, près de Louxor © AFP / Khaled Desouki

Toutânkhamon est sans conteste le roi le plus glamour de l’antiquité. Il n’est donc pas étonnant que d’innombrables études scientifiques lui aient été consacrées pour tenter d’établir des diagnostics médicaux ainsi que les causes de sa mort. 

Et pour tout vous dire, en ce qui concerne la santé du Pharaon égyptien, on commence un peu à s’y perdre. Il suffit de voir le nombre de maladies, de troubles, de traumatismes ou de tumeurs qu’on lui a trouvés. Une vraie cour des miracles!

Depuis l'examen initial de la momie au milieu des années 1920 par Howard Carter, plusieurs dizaines de diagnostics médicaux fondés sur différents niveaux de preuve ont été proposés mais souvent sur la base de sources secondaires. 

Et selon l’égyptologue, Marc Gabolde, auteur d’un ouvrage sur Toutânkhamon, les avis peu flatteurs formulés sur la santé du souverain ont largement été exagérés. 

Que peut-on dire du tableau clinique de Toutânkhamon ?  

D’abord, qu’il est très difficile de tirer de sa momie des indications sur ses pathologies en raison de son état très endommagé. Les excès d’onguents et de produits qui ont été utilisées pour l’embaumement ont eu pour effet de produire une autocombustion des tissus organiques et des textiles royaux ce qui a rendu le démaillotage long et difficile au moment de sa découverte.

En ce qui concerne les maladies, nous avons l’embarras du choix entre une cyphoscoliose, la maladie de Wilson, la drépanocytose, la peste, le méningiome, la tuberculose, le syndrome de Marfan ou encore l'épilepsie.

Des scientifiques ont aussi affirmé qu’il avait un pied-bot en raison de l’angle du pied gauche. Pourtant les nombreuses sandales présentes dans la tombe royale ne montrent aucune usure dissymétrique entre la chaussure droite et celle de gauche. 

Ce qui semble à peu près certain est que Toutânkhamon avait une constitution frêle, des hanches larges et qu’il avait probablement contracté le paludisme. Des traces du parasite de la maladie ont été retrouvées dans sa momie. 

En 2013, des chercheurs suisses et égyptiens ont fait un travail de compilation des données pour passer en revue l’ensemble des diagnostics posés par les médecins.

Les auteurs carrivent à la conclusion que, sur la base des connaissances actuelles, le corps du Pharaon ne présente aucune pathologie particulière. 

Que sait-on des causes de sa mort? 

Et bien malgré de nombreuses autopsies effectuées sur sa dépouille pas grand-chose non plus. Certains ont avancé qu’il était décédé d’un accident de char, d’une septicémie, voire même qu’il avait été assassiné. Toutes les hypothèses ont été proposées mais aucune pour le moment ne tient vraiment la route. Seule certitude : il est mort jeune, à l’âge de 17 ans.

En attendant que ces questions ne s’éclairent un jour, vous pouvez vous rendre à partir de samedi à la grande Halle de la Villette pour cette exposition exceptionnelle consacrée à Toutânkhamon. Elle réunit 150 objets provenant du tombeau retrouvé par Howard Carter en 1922 à Louxor. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.