Mathieu, ce matin dans l’édito carré vous nous parlez d’un « nouveau » continent situé dans l’océan pacifique.

Oui il s’appelle Zealandia, du nom que lui a donné un géophysicien en 1995. Et si vous vous étonnez de ne pas avoir entendu parler de ce continent dans vos cours de géologie, c’est parce que cette zone considérable de près de 5 millions de kilomètres carrés se trouve immergé à 94%. 

Il s’agit pourtant bien d’un territoire de la taille de l’Inde et qui, figurez-vous, possède même un petit bout de France. En effet la Nouvelle Calédonie fait partie, avec la Nouvelle Zélande, des terres émergées qui sont rattachées à ce continent englouti sous 1100 mètres d’eau. 

Tout a commencé il y a 100 millions d’années lorsque la Nouvelle-Zélande s’est séparée de l’ancien supercontinent : de Gondwana. Ce phénomène a provoqué une déformation de la croûte terrestre et la submersion de la majeure partie du continent.

Aujourd’hui Zealandia suscite la fascination, mais aussi un certain agacement chez pas mal de géologues qui regrettent que  l’on présente cette vieille croûte continentale comme le scoop du siècle, alors que cette structure est connue depuis longtemps.

Mais peut-on vraiment parler d’un continent ? 

Et bien c’est toute la question pour la géologie qui est une discipline qui aime prendre son temps, surtout lorsqu’il est question de bousculer les nomenclatures et de rajouter des nouveaux venus sur les listes. Les continents sont les plus grands objets solides de notre planète. Ils doivent posséder une croûte épaisse entre 30 à 40 km et se situer à la surface du globe terrestre. 

Or Zealandia qui est submergé par le Pacifique ne répond pas à ce critère. 

Mais la définition même d’un continent n’est pas si simple à obtenir et il n’est pas chose aisée que d’en connaître le nombre exact. Amusez-vous à poser la question à un géologue. Les réponses varient entre 5 et 7. Tout dépend si vous réunissez l’Amérique du Nord et du Sud en un seul continent tout comme l’Europe et l’Eurasie qui peuvent être unifiées en un seul bloc, l’Eurasie. 

Certains proposent même d’y ajouter l’Afrique pour former l’Afro-Eurasie. Il n’y a que l’Antarctique et l’Océanie qui ne pose pas de problème puisqu’ils sont séparés des autres continents par une étendue d'eau significative. 

Mais si l’on doit en plus ajouter à la liste un 7ème ou un 8ème continent, comme le demande les scientifiques qui travaillent sur Zealandia, il y a de quoi se mélanger complètement la tectonique des plaques.  

Il n’en reste pas moins que Zealandia est un objet scientifique passionnant pour les géologues qui souhaitent mieux connaître ce monde englouti. 

Ces derniers mois, plusieurs expéditions ont été menées sur place. Les géologues et les biologistes y réalisent des forages en profondeur allant jusqu’à 2500 mètres. 

Les relevés effectués dans les sédiments et les restes fossiles qui ont été remontés à la surface, vont permettre de mieux comprendre l’histoire de ce continent et de percer les secrets de ce nouveau mythe de l’Atlantide. 

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.