On adore se coller devant les films de Noël en ce moment, mais pas que ! Nous sommes nombreux à profiter de ces vacances pour relire ou reregarder certains comics, car les super-héros font aussi partie des classique. Et un fournisseur d’énergie britannique s’est amusé à classer leur bilan carbone...

Quel est le bilan carbone de nos super-héros fétiches ?
Quel est le bilan carbone de nos super-héros fétiches ? © Getty / Witthaya Prasongsin

Un fournisseur d’énergie britannique s’est amusé à classer leur bilan carbone, à tous ces personnages

Après tout, ils peuvent inspirer, et pourquoi pas eux aussi faire passer des messages dans le bon ou le mauvais sens. Hulk par exemple, est surtout incroyable… pour les dégâts qu’il provoque sur l’environnement en détruisant tout autour de lui quand il est colère ! Comme Iron Man, dernier du classement, alors que le héros à l’armure rouge et or puise sa puissance dans une énergie propre, quelle ironie du sort ! Batman ne brille pas non plus à cause de tous ses équipements à commencer par la Batmobile, clairement ultra polluante. 

Qui s’en sort mieux alors ?

Sur les 30 super-héros et super-héroïnes observés - les plus populaires, précise le classement - on peut saluer Wonderwoman (pendant que Superman est dans les choux au passage), qui se déplace en voiture dans la vie, certes, mais une fois en mission se bat avec une épée et un bouclier (bilan carbone très faible), et appartient surtout à une tribu amazone, très impliquée dans la défense des écosystèmes. 

Mais le plus écolo de tous serait… roulement de tambours… Spiderman ! Peter Parker n’a pas de gadgets farfelus, ne met pas le feu partout, ne prend pas de transports puisqu’il se déplace grâce à ses toiles d’araignées, qui neutralisent en plus aussi les méchants, on a fait pire dans le genre polluant. 

Mais l’enjeu environnemental est absent des aventures de ces personnages

Tous ces héros ont beau être là pour sauver le monde, ça se fait rarement en voulant protéger la planète. Alors il y a bien Aquaman le maître des océans qu’on a vu détruire des pétroliers ou des bateaux de pêche intensive, ou encore Tornade, des X-Men, très sensible elle à l’environnement. Mais quand les écolos ne sont pas des super-vilains comme Poison Ivy (ennemie de Batman qui contrôle les plantes), ou Ra’s Al Ghul lui aussi ennemi de l’homme chauve-souris qui veut protéger la faune et la flore des sociétés modernes en mode radical, puisqu’il compte éliminer pour ça une grande partie de l’humanité… quand ils ne sont pas des méchants, donc, ils n’existent pas, en fait. 

L’enjeu environnemental est absent des aventures de ces personnages. C’est pourtant l'une des plus grandes menaces qui pèse sur notre existence. Alors peut-être que les studios Marvel, qui ont pour habitude de surfer sur les questions de société, s'y penchent et qu'un Greenman, ou autre géant vert apparaitra dans nos classiques, autrement que pour nous vendre du maïs. 

L'équipe