Ce matin dans l’édito carré un événement astronomique rarissime…

La lune à son périgée le 14 novembre 2016 à New York
La lune à son périgée le 14 novembre 2016 à New York © Maxppp / John Angelillo/UPI

Oui car il s’agit de la somme de trois phénomènes qui se conjuguent au même moment autour de notre satellite, la lune. 

Un évènement qui ne s’était pas produit depuis 1866 et qui a été baptisé « super lune bleue de sang ». Une coïncidence qui excite tous les terriens amateurs d’astronomie.

Et de quoi s’agit-il alors ?  

Et bien commençons par « la super lune ». Ce terme qui a été employé pour accrocher le grand public, signifie que la lune va nous apparaître énorme dans le ciel car elle sera au plus près du centre de son astre attracteur (c’est nous la terre l’astre attracteur). 

En langage scientifique on dit que la lune est à son périgée. En l’occurrence notre satellite viendra nous chatouiller à une distance de 356 000 kilomètres au lieu de 406 000 km lorsqu’elle est au plus loin, à son apogée. 

Et 50 000 km de différence c’est beaucoup en terme de vision apparente de la lune. 

Mais pour parler de Super lune il faut en plus qu’il y ait une pleine lune. Ce qui sera le cas et ce qui va donner à la lune un aspect encore plus imposant et lumineux que d’habitude. 

Vous avez parlé d’une lune bleue, qu’est-ce que cela signifie ?

Et bien ce deuxième phénomène lui est purement culturel puisqu’on le doit au hasard de nos calendriers. 

« La lune bleue » vient de l’anglais « blue moon » et il signifie que c’est la deuxième pleine lune du mois, ce qui intervient rarement.

Pour les superstitieux nous sommes donc dans l’année des 13 lunes. D’ailleurs et là encore c’est un hasard, il y aura aussi deux pleines lunes au mois mars. Bref la lune bleue c’est quelque chose de rare. « Once in a blue moon » qu’on pourrait traduire par « qui n’arrive que tous les 36 du mois ». 

Et puis enfin le troisième phénomène appelé « lune de sang » et qui accentue le mystère de ce rendez-vous de la semaine prochaine, indique lui, une éclipse de lune. La lune en se retrouvant dans l’ombre de notre planète, va se draper dans une cape rougeâtre. Ce sont les rayons du soleil  filtrés par l’atmosphère terrestre qui vont lui donner cette coloration de sang.

Donc tous ces phénomènes on va pouvoir les observer le 31 janvier ?

Et bien non Nicolas, patatras et c’est là que tout s’écroule. Le hasard est parfois cruel. Car ici en France Métropolitaine, nous ne serons pas du bon côté de la terre pour observer cette combinaison de Super lune bleue de sang. C’est ballot !

Ceux qui seront aux premières loges se trouvent en Australie, en Chine, à Hawaï, en Nouvelle-Calédonie ou en Polynésie pour nos auditeurs chanceux qui s’y trouvent.  Chez nous, on devra se contenter d’une bonne grosse lune.

Notez quand même déjà sur vos tablettes que cette triple conjonction se reproduira le 6 décembre 2052 .

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.