On l’appelle acide, timbre, carton, peupeu, trip ou buvard, le LSD drogue mythique classée illicite en France depuis 1990, fait partie des substances hallucinogènes les plus puissantes au monde.

Le LSD, futur médicament ?
Le LSD, futur médicament ? © Getty / Scott MacBride

Le LSD est largement associé au mouvement hippie des années 1960-1970 mais sa naissance remonte à l’année 1938. À cette époque le chimiste suisse Albert Hofmann travaille sur un champignon qui parasite les épis du seigle, dans l’espoir de trouver une molécule régulant la pression sanguine. Il synthétise le 25e dérivé de la molécule qui va donner son nom au LSD-25, mais il n’y prête pas vraiment attention. Il faudra attendre 1943 pour qu’il en découvre accidentellement les effets psychotropes en les expérimentant directement sur lui ! Le fantasme du chercheur ! Hoffman en absorbant une petite quantité se met à délirer et à avoir des visions fantasmagoriques, colorées, et kaléidoscopiques. Le LSD est né et un brevet est déposé ! 

À quoi sert le LSD au moment de sa découverte ? 

Et bien dès 1947, après l’avoir expérimenté chez des pauvres bêtes qui n’avaient rien demandé à personne, on le teste chez l’humain. La molécule semble prometteuse pour traiter les angoisses, les névroses obsessionnelles et paradoxalement la toxicomanie. C’est rapidement l’engouement pour le LSD jugé miraculeux mais aussi pour sa consommation récréative. Les récits de bad trip fleurissent dans la contre-culture.

Dans les années 1960, l’écrivain et psychologue Timothy Leary, qui milite pour l'utilisation scientifique des psychédéliques encourage la consommation généralisée du LSD. Professeur à Harvard, il le partage même avec ses étudiants ! Sympa le prof !... Mais il est viré. Et le LSD progressivement est interdit dans de nombreux pays. 

Mais depuis quelques années, cette drogue intéresse à nouveau les chercheurs. Selon Thomas Gicquel qui travaille au laboratoire de toxicologie biologique et médico-légale à Rennes, le potentiel thérapeutique du LSD retrouve depuis quelque temps le chemin des paillasses.

Le LSD de retour dans la recherche médicale

Il y a plusieurs champs de recherche puisque cette drogue pourrait être utilisée pour traiter l’autisme, la douleur, les troubles psychiatriques ou les addictions

Les nouveaux outils ont permis de mener des essais cliniques bien établis avec des dosages précis et les progrès de l’imagerie ont révélé comment le LSD se transformait dans le sang ou l’urine. Mais attention aux promesses avant d’envisager un médicament en tant que tel car l’aspect imprévisible de cette substance hallucinogène doit être pris en compte. 

À la fin de sa vie, Albert Hofmann avait confié que le LSD, « son enfant terrible » comme il l’appelait, avait causé beaucoup de dégât. 

Mais en fin connaisseur cela ne l’a pas empêché de s’offrir un dernier trip à l’âge de 98 ans !  

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.