En juin dernier, une étude publiée dans la revue Biology Letters révélait que des scientifiques avaient retrouvé des fragments de polystyrène dans les intestins de collemboles, vous savez ces minuscules arthropodes terrestres qui sautent dans la terre.

Le plastique, ce fléau pour l'environnement
Le plastique, ce fléau pour l'environnement © Getty / Surasak Suwanmake

Cette découverte a été effectuée sur l’île du Roi Georges en Antarctique, l’un des endroits les plus reculés de la planète, mais qui compte plusieurs stations scientifiques, des infrastructures militaires et même la présence de touristes, ce qui en fait l’une des régions les plus contaminées du continent blanc.  

Selon les auteurs de l’étude, « le fait que les collemboles ingèrent des microplastiques dans leurs entrailles, indique que ces matériaux créés par l’Homme sont entrés en profondeurs dans la chaine alimentaire des sols et qu’ils représentent un nouveau facteur de stress potentiel pour les écosystèmes polaires ».  

Les plastiques sont donc devenus omniprésents…

Oui puisque plus aucun environnement terrestre ou marin ne semble aujourd’hui épargné par cette pollution qui est devenu le marqueur des activités humaines sur tous les écosystèmes de la planète.  

L’année dernière, un plongeur ayant battu le record de la plongée la plus profonde jamais réalisée à 10927 mètres dans la fosse des Mariannes, a eu la surprise de tomber nez à nez avec un sac plastique et des emballages de bonbons. Consternation… 

Il y a un mois, une étude parue dans Science estimait que les rejets plastiques dans l’environnement pourraient tripler d’ici à 2040 en l’absence de changement de politique. Sauf que pour une fois les travaux de ces chercheurs ouvrent des perspectives réjouissantes.  

Ils indiquent en effet que si des mesures ambitieuses étaient rapidement adoptées, les quantités de plastique pourraient être réduites de près de 80% ! Selon le chercheur en éco toxicologie Jean-François Ghiglione cette étude est particulièrement intéressante car elle prend en compte tous les chiffres disponibles dans le monde entier concernant la taille des déchets, la quantité de microplastique présents dans les écosystèmes et leur gestion par les pays. Actuellement 11 millions de tonnes de plastique sont déversés chaque année dans les océans.  

Et quelles sont les solutions pour faire bouger les lignes ?  

Les experts internationaux qui ont participé à ce travail de modélisation mettent en avant six scénarios qui vont du statu quo à une révision totale de l’utilisation du plastique depuis sa production jusqu’à son élimination ou son recyclage.  

Allons directement au scénario le plus ambitieux des 80% qui propose de réduire la production et la consommation des produits plastiques inutiles et à usage unique/ d’améliorer la collecte et l’élimination des déchets / ainsi que les techniques et les capacités de recyclage.  

L’excellente nouvelle c’est que cette étude montre que nous avons toutes les clefs en mains pour réduire de  considérablement cette pollution. 

Et le pire c’est que toutes les stratégies existent déjà et qu’il suffirait simplement de les mettre en œuvre pour inverser la tendance. Une note d’optimisme qui n’est pas à négliger dans cet océan de micro plastique.  

Nous y reviendrons cet après-midi dans La terre au Carré.  

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.