Depuis la sortie d'Afrique, les hominidés n'ont cessé de constituer une menace pour les très grands mammifères, au point de causer la disparition de nombreuses espèces. Et ça continue.

C’est une étude américaine qui le révèle : depuis 125 000 ans (la fin du Quaternaire), dès que l’homme arrive quelque part, la taille moyenne des animaux se réduit

Les très grands mammifères ont carrément disparu de la surface de la terre.  Plus de mammouths, de rhinocéros laineux, de lion à dent de sabre, de paresseux géants….La raison n’est pas le changement climatique ou une météorite dévastatrice. Non, selon les scientifiques qui publient leur étude dans Science, seul l’homme sorti d’Afrique pour coloniser le monde  peut expliquer l’hécatombe. 

Homo sapiens mais aussi ses cousins, aujourd’hui disparus : l’homme de Denisova ou Neandertal.  Aujourd’hui encore, entre le braconnage, la disparition ou le morcellement des habitats, les produits chimiques : la tendance se poursuit. Les grands animaux que sont les éléphants, les rhinocéros, la girafe  et autres tigres sont menacés….   

Une analyse rétrospective

Pour arriver à cette dramatique conclusion, l’équipe  de biologiste de l'université du Nouveau Mexique a utilisé des catalogues de fossiles et  la liste des espèces actuellement en danger.  Deux bases de données :

  • l'une couvrant les 125 000 dernières années, 
  • l'autre des périodes bien plus lointaines, celles des dinosaures quand l'homme n'existait pas sur terre. 

À partir de là, les chercheurs ont reconstitué la distribution géographique des espèces et leur taille.  Et fait des corrélations.   

En Eurasie, entre 125 000 et 70 000 ans, les mammifères perdent la moitié de leur poids par rapport à la période précédente.  C’est à ce moment là qu’Homo sapiens sort d’Afrique. Ensuite, l’homme colonise l’Australie. Et la même chose se passe. Finis les kangourous géants et les lions marsupiaux .  En Amérique, en revanche, rien ne change... jusqu’à l’arrivée d'Homo Sapiens.  La grande faune, c'est à dire les castors géants, les mammouths de dix tonnes, les paresseux et leurs quatre tonnes s'éteignent en quelques dizaines de milliers d'années.  

En moyenne, les mammifères qui survivent diminuent considérablement leur taille et leur poids.  De 98 kilos en moyenne, les voilà à moins de 8 ! La chute est d'autant plus brutale qu'Homo Sapiens a alors des armes de chasse plus efficaces. Et puis, la grande taille ajoute un handicap. Ces géants se reproduisent moins vite et leur population ne se reconstitue pas assez vite pour survivre.   

Et seule resta la vache

Au rythme où vont les choses, car les scientifiques ont fait des projections à partir de la liste actuelle de l'UICN, ils estiment que :

la perte des espèces actuellement en danger réduirait la masse corporelle des mammifères au point le plus bas depuis 45 millions d’années

Outre la perte de biodiversité, la fin des herbivores par exemple et donc un déséquilibre des écosystèmes, d’ici quelques centaines d’années, le plus grand animal terrestre pèsera 900 kilos. Trois fois moins qu’un éléphant.  Ce sera un animal domestique : la vache.

Légende du visuel principal:
Mammouths © Getty / De Agostini / G. Dagli Orti
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.