Le sol est en train de se déchirer sur 5 000 km entre l’Ethiopie et le Mozambique... Un sixième océan pourrait bien être en train de se former.

Image générique d'illustration
Image générique d'illustration © Getty / Luca Mason / EyeEm

Et je vous propose donc un grand saut dans le passé, il y a 200 millions d’années, les dinosaures n’existent même pas encore… Et l’Europe et l’Amérique du Nord ne font qu’une, jusqu’à ce que la fameuse tectonique des plaques s’en mêle : la croûte continentale s’étire, se fracture, et ouvre la voie à celui qu’on connait aujourd’hui comme océan Atlantique… Je vous parle de lui parce que les scientifiques observent avec passion depuis quelques années une sorte de fac-similé de cette naissance, mais, du côté de l’Afrique de l’Est, où un sixième océan pourrait bien être en train de se former.

Alors ne vous emballez pas, ça ne se fait pas en deux secondes, ni même en deux ans, mais en… 5 à 10 millions d’années au bas mot, donc nous n’en verrons pas grand-chose. Le sol est en train de se déchirer sur 5 000 km entre l’Ethiopie et le Mozambique, on appelle ça un "rift" en géologie. Phénomène très ancien, scruté depuis les années 1970, mais surveillé d’encore plus près depuis l’éruption du volcan Dabbahu en 2005, dans la région de l’Afar, au nord de l’Ethiopie, où se rejoignent – et bougent – trois plaques tectoniques, écartant progressivement (7mm par an) les entrailles de cette zone désertique et brûlante. Eruption révélatrice de ce qui se passe dans les profondeurs de notre planète à cet endroit précis : du magma qui remonte et s’accumule, et vient « soulever », en quelque sorte, la croûte terrestre, pour la transformer en croûte océanique, qu’on connait comme la fameuse « dorsale » tout au fond des océans. Ecoutez-bien : trois semaines à peine après l’éruption, apparaissait un gouffre, une énorme faille, de 56 km de long. Du jamais vu en si peu de temps.

Y a-t-il déjà de l’eau dans cette fissure géante ?

Non, mais si ça devait arriver un jour, ce serait l’eau de la mer Rouge qui viendrait la remplir. 

Cela dit, vu la façon dont se déplace l’Afrique vers le nord, il est peu probable qu’il soit très grand cet océan, même pas sûr d’ailleurs que le nouveau mini-continent que formeraient la bande de l’Ethiopie au Mozambique se détache complètement. 

Les scientifiques savent tout cela de plus en plus précisément grâce aux progrès technologiques… Une équipe témoignait cet été des avancées des instruments GPS en particulier, qui leur permettent d’analyser les mouvements millimètre par millimètre, et de décrypter les secrets de la croûte océanique, dont la composition et la densité sont bien spécifiques. Un "laboratoire à ciel ouvert", disent-ils, pour mieux comprendre la tectonique des plaques et la façon dont la Terre s’est découpée au fil du temps. 

Et nous plongerons dans cette fascinante faille cet après-midi dans la Terre au Carré.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.