Ce matin dans l’édito carré, vous vous intéressez à une drogue dure qui est disponible partout et même dans ce studio…

Oui et qu’il est agréable Marc de se retrouver chaque matin entre junkies de la touillette à regarder descendre sous nos yeux globuleux, le rail de poudre blanche le long de la dosette. 

Le soleil ne s’est pas encore levé que nous avons tous déjà dans le sang au moins 5 à 10 grammes de cette substance hautement addictive. Car oui Monsieur Fauvel je veux bien sûr parler du sucre !  

Ce produit de grande consommation qui a fait les belles heures de l’esclavagisme, s’apparente purement et simplement à une drogue sévère et à un poison. 

Un problème de santé publique à l’échelle planétaire, en grande partie responsable de l’épidémie d’obésité et de diabète de type 2.

Il faut donc regarder les choses en face : nous souffrons d’une intoxication et d’une addiction généralisée au sucre !

Et comment explique t-on cette dépendance ? 

Et bien d’abord sans doute par le fait que le sucre génère du plaisir dès la naissance en venant dorloter nos circuits de la récompense. Ce qui fait de la betterave sucrière un véritable doudou ! 

Des études menées sur des rats par le neurobiologiste Serge Ahmed, ont montré que 90% de ces bêtes préféraient l’eau sucrée aux sensations provoqués par la cocaïne ou l’héroïne et qu’ils manifestaient des troubles anxieux en cas de manque. On sait maintenant que le goût sucré active les mêmes zones du cerveau que les drogues. 

Ces résultats, certes obtenus sur des rongeurs, devraient quand même nous mettre la puce à l’oreille quant au potentiel addictif des produits riches en sucre. 

Un peu comme à la belle époque du tabac lorsque nos parents s’enfumaient joyeusement sans que personne n’y trouve rien à redire. 

Notre consommation de sucre a littéralement explosé. Alors qu’un adulte consommait 2 kilos par an au début du 19 ème siècle, nous en sommes à 35 kilos actuellement. 

Et notre organisme qui n’a pas eu le temps de s’adapter, s’en est trouvé fort dépourvu quand la sucrette fut venue. 

Quels sont les conseils à retenir pour essayer de réduire notre consommation de sucre ? 

Sortez le bazooka et partez en guerre contre les sucres ajoutés, cachés dans les aliments transformés et qui ont des effets désastreux.

La dose maximale de sucre considérée comme sans danger pour la santé est de 32 grammes par jour soit l’équivalent d’une canette de soda au cola…   

Et les sodas sont justement les premiers des poisons à proscrire. Ces boissons directement liées à l'épidémie d'obésité sont à l'origine de graves lésions du foie. 

Et puis arrêtons de croire à cette légende selon laquelle le sucre est une source d’énergie et qu’il donne un coup de fouet. Une étude flamande vient de montrer que le sucre donne surtout de l’énergie aux cellules cancéreuses en provoquant un effet multiplicateur sur la croissance des tumeurs. 

Si après cet édito Marc vous venait l’envie de décrocher un peu, je vous conseille la lecture du livre du Docteur Robert Lustig Sucre l’amère vérité qui vient de paraître chez Thierry Souccar éditions.  

Légende du visuel principal:
Le sucre, notre drogue quotidienne ? © Getty / Harald Walker / EyeEm
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.