Ce matin vous revenez sur un événement qui a agité cette semaine le monde de la physique.

Oui Marc et que d’émotion sur les écrans du monde entier lorsque lundi « Propriétés des Univers en expansion », la thèse de doctorat écrite en 1966 par l’astrophysicien Stephen Hawking, a été mise en ligne gratuitement par l’Université de Cambridge. 

La nouvelle s’est répandue sur la toile à la vitesse de la lumière à tel point que l’Université a dû faire face à une avalanche de téléchargements qui a provoqué le plantage de son site Internet. 

Probablement une conséquence des Univers en expansion… 

L’Université anglaise toute émue d’offrir ce joyau aux Internautes, a souligné le caractère historique et fascinant du document rédigé à l’époque par le jeune prodige âgé de 24 ans. 

Et le Professeur Hawking s’est lui-même fendu d’un message adressé à ses fans disant ceci :« en livrant ma thèse de doctorat en accès libre, j’espère inspirer les gens du monde entier à regarder les étoiles et non pas leurs pieds ». 

Autant vous dire qu’après cette déclaration, qui vaut pour parole divine, des milliers de regards se sont mis à briller en direction de la voûte céleste, remerciant l’apôtre de l’astrophysique d’ouvrir un document quasiment classé secret défense.

Il y a de la malice dans votre voix …

Non loin de moi l’idée de vouloir ironiser. Mais j’avoue ma perplexité face à deux éléments.

Le premier c’est le plaidoyer de Stephen Hawking et de l’Université de Cambridge qui en ont fait des tartines en  louant les qualités de l’Open Access et sa capacité d’éliminer les barrières entre les personnes et la connaissance. De quoi faire sourire la communauté des physiciens qui a été pionnière en la matière  il y a déjà 20 ans en s’organisant pour rendre intégralement accessible tous ses travaux de recherche via un site de pré-publication « Arkive » bien connu des chercheurs. 

Et ce n’est pas la seule chose qui vous laisse songeur ? 

et bien le fait que des dizaines de milliers de personnes téléchargent un travail réalisé il y a 50 ans et qui peut sembler totalement obscur au commun des mortels avec ses pages bourrées d’équations.

Mais c’est bien le génie, ce grand attracteur qui a tout aspiré sur son passage. 

Car même si Stephen Hawking n’a pas la stature d’un Einstein ou d’un Newton, ceux qui accèdent à son manuscrit vintage tapé à la machine à écrire, espèrent sans doute toucher du doigt les secrets d’une intelligence remarquable qui à non seulement percé les mystères des trous noirs mais qui incarne avec son handicap la figure mythique du scientifique libéré de son corps pour mieux contempler les lois de l’Univers. 

Et l’astrophysicien peut bien faire des déclarations fracassantes en racontant que l’humanité va disparaître dans moins de 100 ans, son pouvoir de fascination reste intact et la frénésie suscitée par l’accès à sa thèse nous rappelle que Stephen reste encore et toujours le King ! 

Légende du visuel principal:
Stephen Hawking en 2016 © AFP / NIKLAS HALLE'N
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.