La Chine ne veut plus être la poubelle des plastiques du monde... Et d'ici quelques jours, cela va avoir des répercutions concrètes pour beaucoup de pays au monde !

En juillet dernier, la Chine avait prévenu : elle veut bien être le plus gros importateur de déchets mais qu'ils soient au moins de bonne qualité ! On parle ici de papier, de ferrailles et de plastiques recyclés... Prenons les plastiques : l'an passé, le pays en a acheté  7,3 millions de tonnes. Des déchets venus des Etats-Unis, du Japon et de l'Europe. 87% des plastiques recyclés européens (dont ceux des ménages) vont directement en Chine ou indirectement via Hong Kong. C'est moins coûteux de se débarrasser de ses poubelles chez le voisin que de les valoriser soi-même. La Grande Bretagne par exemple se débarrasse du tiers de son plastique et de son papier usé en Chine. Laquelle valorise ces rebuts en fabricant de nouveaux objets manufacturés qu'elle vendra sur le marché domestique ou à l'export .   

Voici qui arrange tout le monde...   

Avoir un partenaire peu regardant sur la qualité de ce qu'il réceptionne et dont la conscience environnementale était jusque là inférieure au reste du monde, c'est en effet pratique. Ce temps-là est fini... Il y a 6 mois, la chine a prévenu l'Organisation mondiale du commerce qu'elle cesserait fin 2017 donc à la fin de cette semaine d'importer le PET, PVC , le polyéthylène  et le polystyrène ... En tout 24 catégories de déchets recyclables solides. La raison est double. Avec l'émergence de la classe moyenne, les chinois eux-mêmes produisent ces déchets qui se substituent aux nôtres. Le pays affirme par ailleurs qu'un mauvais tri rend difficile le recyclage et la valorisation en produits non polluants. Pékin mène en parallèle une opération d'envergure sur son territoire en inspectant les usines d'utilisation du plastique recyclé. Des centaines ont été verbalisées pour non respect des normes.   

Le plastique est l'un des déchets le plus problématique.   

Issu du pétrole, il n'est pas naturellement biodégradable. Il se fragmente en morceaux de plus en plus petits pour finir dans les océans. En 50 ans, nous avons pollué toute la planète. Aucun recoin n'est épargné comme l'ont montré les prélèvements dans l'Océan Arctique. La faune marine et le plancton doivent désormais composer avec cette pollution globale et durable.

Alors que faire ? 

Enterrer ces plastiques ? pas une très bonne idée... Les incinérer et utiliser l'énergie générée ? Les fumées d'incinérateurs font des dégâts sanitaires importants. La meilleure solution : bannir le produit, tout simplement. la contrainte semble mieux marcher que les incitations au civisme . c'est la loi qui a banni les sacs plastiques des supermarchés et des marchés. C'est encore en légiférant qu'on supprimera bientôt les micro billes des cosmétiques et la vaisselle jetable. Restent tous ces usages pratiques : les films alimentaires, les boites, les jouets, les bouteilles. Des déchets qu'il nous faut à présente recycler chez nous !

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.