Il s’appelle André Joseph Bouglione et il est né dans l’une des plus illustres familles circassiennes de France. Avec son épouse Sandrine, il a fait l’essentiel de sa carrière dans les numéros de domptage de tigres, de lions ou d’éléphants. Et puis, un jour, il a décidé d’abandonner le cirque traditionnel.

Tigre
Tigre © Getty / CSA Images

Un jour, face à un de ses tigres blessé à la patte André Bouglione décide de ne pas faire participer le félin à son numéro. Mais en voyant partir ses congénères sur la piste l’animal est totalement perturbé. Il se met à s’agiter violemment malgré sa blessure. 

Le dompteur en éprouve un profond malaise. Face à l’absurdité de son activité, cet enfant de la balle décide d’abandonner le cirque traditionnel. 

Comment a été reçu sa décision dans le milieu circassien ? 

Très mal vous vous en doutez. André Joseph Bouglione s’est mis toute sa famille à dos. Il est devenu le mouton noir du clan. Mais dans un contexte général ou le public cautionne de moins en moins les spectacles avec des animaux en captivité, de nombreux circassiens commencent à douter et à penser à l’évolution de leur profession.  

André Joseph Bouglione
André Joseph Bouglione © Maxppp / Le Républicain Lorrain / Guénange André Joseph

L’association Code Animal a été l’une des premières il y a dix ans a sensibiliser à la maltraitante des animaux sauvages en captivité dans les cirques. Ils ont publié un rapport montrant que les animaux sauvages n’ont pas leur place en captivité. Transports longs, déplacements constants, captivité entraînant des stéréotypies c’est à dire des comportements répétitifs, techniques de dressage ou positions contre-nature, les conditions de détention ne sont pas en accord avec les impératifs biologiques des animaux.

Des tigres détenus avec des lions ou des éléphants isolés alors qu’ils vivent en groupe en sont de tristes illustrations. 

Mais les choses commencer à bouger

Les villes qui interdisent les cirques avec des animaux sauvages sont de plus en nombreuses. Elles seraient plus de 400 en France selon Code Animal. Fin 2018, une quarantaine de pays dans le monde, dont 28 en Europe, avaient proscrit partiellement ou totalement les cirques avec ménagerie. Parmi les pays l’interdisant totalement : l’Italie, la Belgique ou encore le Portugal.

Paris a voté ce vendredi la fin de la délivrance d'«autorisations d'occupation de terrain» pour les cirques qui présenteront des spectacles avec des animaux sauvages. Cette décision doit entrer en vigueur dès 2020. La décision va s'accompagner d’aide financière pour permettre aux cirques d’engager une reconversion. 

Mais les associations comme Code animal réclament une loi contre les animaux sauvages dans les cirques... 

En attendant, André Joseph Bouglione veut se lancer l’année prochaine dans le tout premier éco-cirque. Un cirque pédagogique qui sera le premier à ne plus utiliser de camion pour se déplacer mais les voies ferroviaires ou fluviales et qui promet d’utiliser l’énergie solaire et des costumes vegan sans cuir, ni soie, ni plumes. Comme titrait Libération il y a quelques jours, avec son « écocirque 100% humain » Bouglione fait un sans faune ! 

ECOUTEZ AUSSI | André Joseph Bouglione sera l’invité cet après-midi de la Terre au carré avec Alexandra Morette, la présidente de Code Animal. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.