Un édito dédié à tous ceux qui ont souffert en silence sur les bancs de l’école. À tous mes amis d’infortune qui ont laissé couler comme moi des litres de sueur à la simple vue d’une racine carrée ou d’un exposant deux.

Pourquoi sommes-nous si nombreux à avoir peur des maths ? Comment changer les choses ?
Pourquoi sommes-nous si nombreux à avoir peur des maths ? Comment changer les choses ? © Getty / PeopleImages

Ça n’est pas une vue de l’esprit, les mathématiques peuvent nous traumatiser

Il y a quelques jours, nos confrères de Science et Avenir se sont faits l’écho d’une étude de l’université de Cambridge dans laquelle des chercheurs en psychologie et en éducation rapportaient les attitudes des écoliers à l’égard des mathématiques. Le Royaume-Uni est en effet traversé par une véritable crise des maths qui commence dès le primaire. Les scientifiques décrivent chez les petits britanniques un sentiment d’appréhension, de dégoût, de tension, d’inquiétude, de frustration ou de peur. Des observations qui reflètent exactement ce qui se passe chez nous.

À quand remonte ce problème avec les maths ? 

Selon Nicolas Pinel qui est inspecteur de l’éducation nationale et auteur de La méthode heuristique, il faut remonter à la réforme des maths modernes pendant les années 1960-1970, qui voulait dépoussiérer l’enseignement classique en proposant une approche très abstraite de la discipline. Tellement abstraite et radicale qu’elle a suscité un rejet massif de la part des enseignants, des parents et des élèves. 

C’est à partir de cette époque que l’anxiété des maths a fait son apparition avec quelque chose de quasi contagieux qui s’est emparé de la société. Certains parents n’hésitant pas à évoquer dans leur famille un facteur héréditaire en affirmant qu’on est nuls en maths sur des générations. Pourtant, bizarrement, aucun gène de la nullité mathématique n’a jamais été identifié. 

En attendant, de nombreux élèves sont confrontés à un véritable blocage en manifestant tous les signes du stress avec souffle court et accélération cardiaque. Le stress qui entraîne des effets délétères sur les fonctions cognitives.  

Comment réconcilier les élèves avec les maths ? 

Les mathématiques apparaissent beaucoup trop techniques et déconnectées du monde qui nous entoure alors qu’il faudrait les enseigner comme un outil de réflexion ancré dans le quotidien affirme Nicolas Pinel.

Il suggère de montrer que les maths sont à la portée de tous en revenant à des choses très concrètes et en mettant les enfants dans des situations de réussite afin qu’ils prennent du plaisir et retrouvent un sentiment de compétence. 

Les tout- petits peuvent par exemple apprendre à rejouer au jeu de la marchande car beaucoup d’enfants aujourd’hui ne savent plus rendre la monnaie. La place du jeu est essentielle pour combattre l’anxiété qui naît de l’échec et de la mésestime de soi. 

Autant de pistes pour que plus jamais les mathématiques n’apparaissent comme une épreuve et qu’enfin notre pays perde son bonnet d’âne avec cette place de nul en maths affichée dans tous les classements mondiaux. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.