Autrefois le lion était l’un des grands carnivores les plus répandus au monde mais au cours des 200 dernières années, il a perdu jusqu’à 90% de ses effectifs.

Le roi des animaux est aujourd'hui en danger
Le roi des animaux est aujourd'hui en danger © Getty / Gallo Images-Will Taylor

Si nous étions nés dans les années 1960, je vous aurais sans doute proposé de partir sur les traces de Joseph Kessel pour aller voir les lions dans la savane africaine. Et vous auriez eu de bonnes raisons d’avoir la frousse à l’idée de tomber nez à nez avec l’un d’entre eux. A l’époque en effet, Panthera Leo, le lion moderne, régnait encore en maître avec plus de 100 000 individus. 

Mais aujourd’hui, la population de ces grands fauves a été décimée et l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)  a classé les lions parmi les espèces vulnérables à l'extinction, avec moins de 25 000 spécimens décomptés désormais en Afrique. 

Autrefois le lion était l’un des grands carnivores les plus répandus au monde mais au cours des 200 dernières années, il a perdu jusqu’à 90% de ses effectifs.

Quelles sont les causes de cette situation ? 

  • D’abord la réduction de son habitat. La savane a perdu les trois quarts de sa surface initiale en cinquante ans en raison de l’urbanisation et du défrichement agricole. Aujourd’hui le lion n’occupe plus que 25% de son territoire d’origine. Conséquence : il ne trouve plus en nombre ses proies naturelles. 
  • La chasse et le braconnage sont également pointés du doigt. Comme leurs proies se raréfient, les lions s’attaquent de plus en plus souvent aux troupeaux et les éleveurs n’hésitent pas à leur tirent dessus pour protéger leurs bêtes. 
  • Le lion est aussi braconné pour sa viande ou pour ses os. Et les saisies de peaux, de griffes, de pattes et de crinières se sont multipliées ces dernières années. 
  • Une autre cause de leur déclin est la chasse au trophée pratiquée par des touristes prêts à débourser 70000 dollars pour dézinguer un lion et accrocher sa tête au-dessus de leur cheminée.
  • Et puis enfin les maladies comme la tuberculose bovine ou la maladie de Carré représentent un autre danger.

Quelles sont les pistes pour protéger cet animal ? 

Il faut régler avant tout le problème de la difficile cohabitation entre les lions et les hommes qui sont concurrents en vivant parfois sur les mêmes territoires. Sont préconisés la séparation des espaces de vie et la protection des troupeaux avec des barrières anti-lions. 

Une autre piste est aussi de répartir l’argent du tourisme au-delà des parcs et des lodges en redistribuant les gains aux communautés afin que le lion ne soit plus perçu seulement comme un problème. 

Et puis il faut bien sûr inciter les pays africains à promouvoir des safaris non meurtriers. 

On compte désormais plus de lions en captivité qu’en liberté. De quoi méditer sur l’avenir de cet animal extraordinaire dont nous parlerons cet après-midi dans la Terre au Carré avec un autre grand fauve : le chanteur Joey Starr…  

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.