Ce matin dans l’édito carré, un livre sur la vaccination qui a retenu votre attention.

La vaccination obligatoire divise l'opinion
La vaccination obligatoire divise l'opinion © Getty

Oui il s’agit du livre de la journaliste Lise Barnéoud « Immunisés, un nouveau regard sur les vaccins »

Lise Barnéoud n’est pas seulement une journaliste scientifique, elle est aussi une mère de famille qui comme tous les parents s’est posée la question de vacciner ou pas ses nourrissons.

Dans un contexte français de défiance où la vaccination semble être sortie du champ de la science pour entrer dans celui de la croyance, Lise Barnéoud abandonne les bigots et les hérétiques pour enquêter scrupuleusement, vaccins par vaccins et permettre au lecteur d’y voir plus clair.

Qu’est ce qui est éclairant dans cet ouvrage ?

On y découvre d’abord comment sont fabriqués les vaccins avec par exemple - dans le cas de la tuberculose - des microbes atténués qui sont passés des centaines de fois sur des tranches de pommes de terre trempées dans la bile.

On comprend aussi que les adjuvants, ajoutés dans certains vaccins, sont là pour attirer l’attention de notre système immunitaire. Revers de la médaille de vaccins modernes purifiés afin d’éviter les effets secondaires.

Et puis Lise Barnéoud montre à quel point l’argument de l’intérêt général avec sa dimension solidaire voire altruiste est de plus en plus employé par les autorités pour défendre le principe de la vaccination. Et de faire remarquer au passage que les trois vaccins obligatoires dans notre pays - diphtérie, tétanos et polio - n’ont pas, ou très peu d’impact sur la protection collective.

Et puis dans le cas de la grippe, l’auteur se demande si l’on doit légitimement vacciner l’ensemble des enfants pour protéger les personnes âgées, sachant que les plus jeunes n’en tirent quasiment aucun bénéfice.

Pourquoi l’utilité des vaccins est-elle particulièrement remise en cause dans notre pays ?

Lise Barnéoud l’explique par l’un des plus grands paradoxes de la vaccination.

Lorsque les maladies infectieuses font des dégâts visibles, les vaccins sont bien acceptés et cela entraîne une diminution du nombre de malades. Mais du coup ; disparaît le bénéfice visible et le risque perçu, au point de finir par remettre en question leur utilité.

Et bien c’est exactement ce qui se passe en France où l’absence de certaines maladies peut faire croire que la maladie a disparu. La vaccination est donc victime de son succès.

En attendant, dans un tel climat de suspicion, on se demande bien quelle seringue a pu piquer Agnès Buzin la ministre de la Santé, qui a annoncé vouloir rendre obligatoire dès 2018, onze vaccins pédiatriques.

Lise Barnéoud dans son livre dénonce les effets catastrophiques du silence des institutions politiques et sanitaires et réclame - à juste titre- une discussion transparente, complète et indépendante des laboratoires pharmaceutiques, pour évaluer les bénéfices ou les risques de chaque vaccin selon ses spécificités et en fonction des données épidémiologiques, sociologiques ou économiques.

C’est ce qui est fait méticuleusement dans ce livre intelligent et accessible « Immunisés, un nouveau regard sur les vaccins » qui sort demain chez Premier Parallèle.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.