Bitcoin, Ripple ou Etherum... Ces monnaies électroniques ont fait une entrée fracassante l’année dernière en explosant littéralement sur la scène financière internationale. Il faut avoir le cœur solidement accroché pour supporter les mouvements de yoyo de ces cryptomonnaies…

Ces monnaies, que certains utilisent d’abord comme un objet de spéculations, donnent le vertige en raison de leur très grande volatilité. 

L’année dernière, la star des crypto monnaies, le Bitcoin, a volé de record en record en passant d’une valeur de 1000 dollar en janvier 2017 à près de 20 000 dollars à la mi-décembre. 

Moins médiatisé que le Bitcoin, le Ripple, une autre devise virtuelle, a pulvérisé les compteurs en réalisant une augmentation de 36.000 % en un an ! 

Les performances de ces monnaies électroniques ont été  rapidement commentées un peu partout sur la planète et une véritable Bitcoinmania s’est emparée de Monsieur et Madame tout le monde prêt à investir ses économies dans la promesse de grandes richesses et de vie facile

Or bien sûr le cours de ces devises virtuelles a rapidement quitté les niveaux stratosphériques en reculant sévèrement en début d’année dans les échanges internationaux et en entraînant directement les perdants dans les cabinets des psy.

Les nerfs des particuliers ont donc été mis à rude épreuve ?

Oui et à tel point que l’on parle d’un nouveau syndrome : le Bitcoin blues. Car nombre de ceux qui avaient misé beaucoup sur ces monnaies numériques ont plongé dans une grave dépression en passant d’ailleurs souvent directement par la case divorce. 

En Corée du Sud où l’on estime que trois salariés sur dix ont investi dans les crypto monnaies, ce phénomène social est identifié comme étant capable de causer des distorsions pathologiques. Les investisseurs en Bitcoin présentent d’ailleurs les mêmes symptômes que les joueurs de casino avec des maux de tête et une perte de sommeil et d’appétit. Ces symptômes devenant plus marqués à mesure que la dévaluation du cours du Bitcoin se fait sentir. 

Un autre type de Bitcoin blues a été enregistré auprès de la jeune génération coréenne : celui de regretter amèrement de ne pas avoir acheté de la monnaie virtuelle lorsque les cours était au plus bas et qui ont le sentiment aujourd’hui d’avoir laissé filer le train de la fortune. 

Est ce que ce Bitcoin blues a déjà atteint la France ? 

Notre pays ne semble pas pour le moment affecté par ce phénomène. Mais lorsque l’on sait que plus de 600 000 français connaissent des problèmes d’addiction avec les jeux d’argent et de hasard, selon une étude de l’observatoire des drogues et des toxicomanies en 2016, il ne serait pas étonnant de voir apparaître des signes identiques surtout si les performances de ces monnaies virtuelles se remettaient bientôt à battre de nouveaux records.

Légende du visuel principal:
Les cryptomonnaies donnent le vertige en raison de leur très grande volatilité. © AFP / Nhac NGUYEN
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.