Ce matin dans l’édito carré une étude qui s’intéresse à la dynamique du succès dans les chansons… Comment obtenir un tube à coup sûr ? Grâce à l'étude de 500 000 titres diffusés au Royaume Unis entre 1985 et 2015, des chercheurs ont trouvé la recette.

J’en connais un qui frétille déjà à l’idée de repartir de ce studio avec la recette du tube imparable. 

La science peut nous aider à devenir enfin le petit prince des charts avec cette étude qui s’intéresse aux tendances musicales et à la prévisibilité du succès dans les chansons contemporaines. 

Pour ce travail, les chercheurs de l’Université de Californie ont utilisé des algorithmes qui leur ont permis d’étudier 500 000 chansons diffusées au Royaume Unis entre 1985 et 2015 afin de comparer celles qui ont réussi à celles qui ont fait des gros bides. 

Grâce à ces outils, ils ont pu créer des modèles prédictifs raisonnables. 

Alors quels sont les résultats ? 

Première chose très nette aujourd’hui dans les chansons en général, c’est la baisse des titres joyeux. Les émotions positives ont diminué au fil des années. Dans les paroles, les indicateurs sémantiques notent une augmentation en fréquence de la solitude et de l’isolement. Moins de mots liés à la camaraderie et au contact social. 

La rupture amoureuse dans une mine à charbon c’est plus payant qu’un amour béat sous les cocotiers

Concernant le rythme on constate une augmentation de la « danceabilité » et de la décontraction des chansons au fil des décennies. 

Mais mauvaise nouvelle, les auteurs de l’étude précisent que les chansons classiques et jazz ont peu de chance de réussir... la loose totale. 

En revanche, faire interpréter une chanson à une fille est un très bon choix puisque la fréquence des chanteurs masculins a diminué au cours des 30 dernières années. 

Mais attention, car les vrais tubes ont des caractéristiques qui leur sont propres : les chercheurs constatent que les chansons à succès sont moins tristes que la moyenne, plus festives et plus dansantes.

Pour voir si cette étude dit vrai, écoutons le titre actuellement classé numéro 1 en France. 

Serait-ce une chanson dansante, festive et interprétée par une femme ? 

Et bien oui puisque c’est Sia et David Guetta avec « Flames ».

Alors l’étude est aussi très claire si vous avez une superstar sous la main vous avez d’emblée 15% de chance en plus, de faire un tube qu’avec exactement la même chanson interprétée par Suzanne de Pithiviers. 

Gardez bien le portable de Beyoncé…   

Bon évidemment si la science connaissait vraiment les ingrédients exacts pour fabriquer des tubes, André ne se lèverait pas à 5 heures le matin pour faire des chroniques à la radio…  

Mais les scientifiques affirment qu’avec ces travaux ils peuvent prédire à 85% le succès d’un morceau ce qui n’est pas si mal dans un contexte où les chansons à succès sont rares. Seulement 10% de tous les titres atteignent le seuil de rentabilité.

Alors maintenant André Manoukian au boulot ! On l’attend votre tube de l’été ! 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.