Noel approche…les catalogues de jouets sont là… et on prédit pour cette année un franc succès aux robots compagnons.

Il ne s'agit pas simplement des jouets connectés mais des robots émotionnels. Nao le petit homme, Zenbo, Woowee le chien affectueux ou encore  Cozmo, ce petit cube en forme de tractopelle très expressif .    Ces robots  que leurs créateurs dotent d’une personnalité  très anthropomorphique  sont destinés à susciter les émotions, le  lien, l’empathie. Et ça marche très  bien.  

Est-il possible que nos enfants s’attachent à eux ? Qu’ils développent une relation identique à celle qu’ils auraient avec un frère, une sœur, un ami ? Qu’ils ne fassent pas la différence entre ce doudou de plastique et de métal doté d’une intelligence artificielle et un humain ?  Déjà  parler aux objets est devenu quasi naturel. On parle à son GPS,  à son téléphone , sans être  d’ailleurs  étonné qu’il nous  réponde.    Mais  nous, nous savons à qui nous avons affaire : une machine  …   

Protéger l'enfant

Pour Alan Winfield professeur en éthique de la robotique  et le Conseil de la recherche britannique en sciences de l'ingénieur et de la physique , il faudrait que ceux qui conçoivent,  vendent et utilisent les robots respectent  cinq principes.  L’un d’eux préconise qu’un robot ne soit  pas conçu de manière trompeuse pour exploiter  les personnes vulnérables - dont les enfants, personnes âgées ou handicapées-. Au contraire, sa nature de machine devrait être transparente.   En effet, si autonome , si humanoïde soit-il, un robot n’est pas capable de ressentir.  Il n’est qu’une machine programmée. Certes de plus en plus capable d’interagir, d’anticiper même en fonction de celui qui lui fait face.  Il peut ainsi dire « je t’aime » à un enfant en exécutant un algorithme. Mais c’est une illusion. L’enfant peut-il la déceler ?   

D'ailleurs que se passerait-il si ce gentil petit robot pratiquait le chantage ?  Si tu ne t’occupes pas bien de moi, tu ne changes pas mon processeur,  je vais mourir…. Certains objecteront que Cozmo s’il est maltraité, ne coopère plus . Une façon d’encourager des comportements amicaux ou du moins moraux de la part des enfants.    

Un ami robot meilleur éducateur qu'un humain?

C’est un autre aspect de la question. Un ami robot peut-il éduquer un enfant mieux que moi ?    Il ne s’énerve pas, ne jure pas, peut aller chercher sur internet la réponse à toutes sortes de questions  plus vite que n’importe quel humain. . Dépourvu d’affect, il reste programmé pour prendre des décisions rationnelles. Bref, mieux qu’un parent...   D’ailleurs, pour certains enfants autistes, le compagnonnage avec le robot NAO améliore leur comportement et leur bien-être . Au fond la question est de savoir quelle place et quel statut nous voulons  donner à ces robots ? 

Comment par exemple éviter que les données recueillies dans un foyer par les capteurs audio et vidéo ne soient conservés et utilisés commercialement ?  Car ces machines peuvent rapidement devenir de parfaits mouchards de vos habitudes!

Si demain, on vous livre par drone sans que vous l’ayez demandé un chien-robot pour amuser le robot-compagnon de votre enfant, vous saurez comment tout cela est arrivé !

Pour aller plus loin: En compagnie des robots Editions Premier Parallèle. Livre collectif issu d'un débat à la Gaité Lyrique. Avec Alain Bensoussan, Jean-Gabriel Ganascia, Yannis Constantinidès et Kate Darling

Le robot est-il l'avenir de l'homme? Rodolphe Gélin et Olivier Guilhem  Edition la Documentation Française

Nouvelle de John McCarthy L'histoire du bébé et du robot (en anglais)

Légende du visuel principal:
Sophie Bécherel © Radio France / Christophe Abramowitz
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.