Même si à première vue l’association de ces deux mots semble relever de l’oxymore, la façon dont nous plaçons notre argent peut avoir un réel impact social et environnemental.

Notre épargne peut-elle avoir un impact environnemental positif ?
Notre épargne peut-elle avoir un impact environnemental positif ? © Getty / Sawitree Pamee / EyeEm

Alors que de plus en plus de Français souhaitent agir pour la planète en faisant des choix financiers pertinents, peu d’entre nous savent vraiment si l’argent que nous épargnons est géré de manière responsable. Il existe donc encore un vrai problème de visibilité, faute sans doute d’informations sur le sujet. 

Qui connait par exemple l’ISR, l’investissement socialement responsable ? Développé depuis une quinzaine d’années, l’ISR est une application des principes du développement durable aux placements financiers.

Mais force est de constater que les conseillers bancaires s’empressent rarement d’en parler à leurs clients. Et pour cause puisque la plupart des grandes banques investissent d’abord dans des activités économiques massivement émettrices de gaz à effets de serre et donc directement liées au réchauffement climatique.

Comment savoir ce que finance exactement notre argent ? 

C’est tout le problème puisque la plupart des banques font preuve d’une très grande opacité dans ce domaine. 

Alors certes on connait quelques produits de placements qui sont dédiés à des financements spécifiques comme le livret A ou le livret de développement durable - qui ne mérite vraiment pas son appellation, puisque moins de la moitié des sommes sert à financer le logement social et les travaux d’économie d’énergie, ce qui ne représente vraiment pas grand-chose face à l’impact carbone des grandes banques françaises. 

Alors pour épargner de façon plus éthique, des guides éco-citoyen existent pour vous aiguiller afin de connaître les politiques environnementales de votre banque et vous assurez que votre argent participe davantage à la préservation de la planète. 

Des classements ont également été publiés sur l’impact climatique des placements financiers des banques. 

Au mois d’août dernier, plus d’une centaine d’ONG appelaient 45 banques internationales à ne pas financer trois projets d’exportations de gaz de schiste au Texas. Hautement controversés, ces projets présentent des risques pour le climat et les communautés locales. Certains établissements bancaires français sont d’ailleurs particulièrement montrés du doigt. 

Les Français s’intéressent-ils à cette épargne solidaire ?  

Selon les résultats d’une enquête IFOP qui vient d’être révélée, 6 Français sur 10 déclarent accorder une place importante aux impacts environnementaux et sociaux dans leurs décisions de placements.

Et parmi les sujets que les sondés veulent voir pris en compte de façon prioritaire dans leur épargne, on trouve la pollution, le changement climatique et la biodiversité

Et cela tombe bien car face au défi climatique, notre argent via l’épargne solidaire est un énorme levier pour amorcer la transition vers la sobriété, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables. 

La semaine de la finance responsable a lieu en ce moment et jusqu’au 4 octobre, et on en parle cet après-midi dans la Terre au Carré

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.