Mathieu Vidard revient sur l'histoire de la Terre et des pierres précieuses à l’occasion d’une exposition à voir en ce moment au Muséum national d’histoire naturelle…

"La Cime", agate - Mexique ; ancienne collection Roger Caillois, don Van Cleef & Arpels, 2017, © MNHN / F. Farges
"La Cime", agate - Mexique ; ancienne collection Roger Caillois, don Van Cleef & Arpels, 2017, © MNHN / F. Farges

Avant de scintiller dans les vitrines des joailliers de la place Vendôme ou de la Cinquième avenue, les pierres ont vécu une histoire très agitée en étant soumises à toutes sortes de mécanismes géologiques qui racontent la dynamique de notre planète.  

Cette histoire de la formation des minéraux s’est déroulée sur des millions voire des milliards d’années dans les grandes profondeurs de la Terre et l’exposition "Pierres précieuses" présentée en ce moment dans la grande galerie de l’évolution propose de découvrir comment un minéral sorti des entrailles de la terre devient un joyau une fois que la main de l’homme l’a métamorphosé. A cette occasion le Muséum a sorti de ses réserves 500 pierres et minéraux et s’est fait prêter 200 créations joaillières.  

Que sait-on de ces minéraux qui sont devenus des pierres "précieuses" ? 

On sait qu’ils ont subi toutes sortes de "convulsions" de notre planète. Un véritable rouleau compresseur fait d’éruptions, de tremblements, de chaines de montagnes en formation, d’océans en mouvement ou de tectonique des plaques. Ce sont ces phénomènes qui ont permis aux minéraux de se transformer, de se cristalliser et pour certains de devenir des pierres que nous appelons "précieuses". 

C’est par exemple la collision de la chaîne de l’Himalaya il y a 30 millions d’années qui donne les plus beaux rubis birmans du monde ou le choc des montagnes alpines qui offre de si beaux cristaux de roche

Un exemple de rubis de qualité exceptionnelle, provenant des alentours de la cité de Mogok, capitale de la "vallée des rubis" en Birmanie.
Un exemple de rubis de qualité exceptionnelle, provenant des alentours de la cité de Mogok, capitale de la "vallée des rubis" en Birmanie. / MNHN / F. Farges

Prenez le diamant qui est composé de carbone presque pur. Il se cristallise essentiellement dans le manteau supérieur de la Terre situé sous les continents entre 150 et 750 kilomètres de profondeur. Il y règne une température infernale de plus de 1000 °C et une pression au-delà de 50 000 fois la pression atmosphérique. C’est cette pression qui confère au diamant sa grande dureté et son éclat exceptionnel et c’est ensuite grâce à de violentes éruptions que ces pierres sont remontées rapidement à la surface de la terre.  

Dans les impuretés des diamants, qui sont la hantise des joailliers, les minéralogistes trouvent au contraire des trésors d’informations pour en savoir plus sur les profondeurs inaccessibles de notre planète.  

Quelles sont les pièces d’exceptions qui sont présentées dans cette exposition ?  

Vous verrez par exemple un coquillage percé vieux de 90 000 ans qui est considéré comme le premier bijou au monde. Et puis aussi des curiosités comme le bois fossilisé en opale ou en quartz ou de l’ambre qui est une résine "fossilisée" secrétée par des conifères il y a des millions d’années.  

Vous pourrez enfin découvrir une agate coincée dans un fémur de dinosaure, de l’opale de la planète Mars ou une pépite d’or malgache de 937 grammes !!!  

Ces "pierre précieuses" et leur histoire géologique nous en parlerons cet après-midi dans la Terre au carré.   

Clip Bouquet de bleuets, 1938 Or jaune, rubis, calcédoine Collection Van Cleef & Arpels, © Van Cleef & Arpels SA
Clip Bouquet de bleuets, 1938 Or jaune, rubis, calcédoine Collection Van Cleef & Arpels, © Van Cleef & Arpels SA
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.