Une équipe internationale a découvert les plus anciennes traces de consommation du cacao, au sud de l'Équateur il y a 5 300 ans.

Une branche de "theobroma cacao", nom latin pour cacaoyer (dessin de 1800)
Une branche de "theobroma cacao", nom latin pour cacaoyer (dessin de 1800) © Getty / Hulton Archive

D'où est originaire l'or brun? Quel peuple a, le premier, cueilli et consommé les fèves comestibles qu'on trouve dans les cabosses, les gros fruits du cacaoyer ? Jusqu'ici, les plus vieilles traces remontaient à 2 900 ans au Mexique. Et on attribuait la domestication du petit arbre aux Mayas et aux Olmèques d'Amérique centrale.

Voilà qu’une étude internationale publiée dans Nature Ecology and Evolution, cette semaine bouscule l'Histoire. En fait, on a commencé à consommer du chocolat il y a beaucoup plus longtemps….et plus au Sud. Selon cette équipe scientifique, les indiens de l'Amazonie Équatorienne étaient déjà de grands amateurs de cacao il y a 5 300 ans.

Des preuves au fond des pots

La preuve en a été fournie par la fouille d’un site découvert il y a 16 ans au Sud du Pays, à Santa Ana (La Florida). Les archéologues ont mis au jour les restes d’une zone cérémonielle et d’un petit village de maisons rondes. Les vestiges ont conservé les traces de la vie quotidienne de l’époque et notamment le dépotoir, autrement dit les poubelles de la civilisation amérindienne qui vivait là : les Mayo Chinchipe. 

Les archéologues ont passé la main aux généticiens et biochimistes qui ont gratté les fonds de pots retrouvées sur place. 30% d’entre eux selon Claire Lanaud, chercheuse au CIRAD, le Centre de coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement, contenaient des traces de cacao. Preuve d’une consommation courante et et non d'un glanage anecdotique. 

Parce que 3 preuves valent mieux qu'une, Claire Lanaud et son équipe ont mis en évidence la présence de ce cacao sur :

  • des grains d'amidons retrouvés au fond de bouteilles en terre (caractéristiques de la plante)  
  • des traces de théobromine, un composé spécifique des fèves mûres du cacao
  • de l'ADN ancien de cacaoyer.

Un breuvage amer et énergétique

La tablette de chocolat n'arrive que plus tard dans l'histoire. Comme le chocolat chaud épais, peut-être inventé par les conquistadors Espagnols qui ajoutaient au cacao de la vanille et du miel. Le breuvage produit par les Mayo Chinchipe, était certainement amer, énergétique. Un mélange de fèves broyées, parfois grillées et d'épices et éventuellement du maïs. 

Péché mignon (bu chaud ou froid, on ne sait pas) mais aussi offrande aux morts puisque des traces de cacao ont été retrouvées dans les pots associés aux sépultures. 

Les fèves, entourée d'une pulpe acidulée et sucrée, étaient peut-être sucées à l’époque précolombienne…  Le premier bonbon amazonien ? Aujourd’hui en tous cas dit Claire Lanaud, c'est une pratique qui perdure. Peut-être aussi le cacao servait-il à produire un jus fermenté ?

Cette équipe internationale va poursuivre ses recherches pour compléter le puzzle et tenter de retracer toute l'Histoire du chocolat. Elle aimerait remonter le fil du temps et comprendre comment de l'Amazonie, le cacaoyer est arrivé en Amérique centrale ? Peut-être par le Pacifique puisque des coquillages venus de la mer ont été retrouvés sur le site de Santa Ana (La Florida).

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.