Vous souhaitez un jour vous réincarner en animal ? Certes, mais en ce moment le choix n’est pas facile.

Gorille
Gorille © Getty / Michael Duva

Oiseaux ? Formidable ! En plus vous éviterez les formalités d’embarquement avant le décollage. Mais, de votre liste, rayez le goéland argenté, l’alouette des champs, le chardonneret élégant, le verdier d’Europe ou la mouette rieuse qui rigole beaucoup moins. Disparition des prairies naturelles, des jachères où ils ouvraient le garde-manger. Un tiers des 284 espèces qui se reproduisent sur notre territoire sont menacées d’extinction contre un quart il y a 8 ans. Voler c’est bien mais à condition de ne pas y laisser des plumes. Oiseaux qui volent … ou oiseaux volés à la nature et à notre imaginaire ?

A propos de voler et de jolis bocages dans l’ouest de la France … on attend avec joie le démarrage du nouvel "Ayrautport".

Depuis l’onction démocratique des urnes en Loire-Atlantique, on fait chauffer les pelleteuses et la sulfateuse à bitume ; les travaux de ce projet qui date de 1967 ans vont donc commencer alléluia ! Merci Notre-Dame dont les Landes vont enfin accueillir la civilisation … et une mutation génétique est annoncée, PNC à vos portes, letriton marbré, le triton crêté et même le triton alpestre -qui était venu passer ses vacances dans le coin - se transformeront bientôt en tritons écrabouillés.

Ruches colorés le long de la route State Highway 27 dans le Dakota du Sud, USA
Ruches colorés le long de la route State Highway 27 dans le Dakota du Sud, USA © Getty / Education Images

Les abeilles ! Production 2016 ? 10 000 tonnes. Nous en consommons à la louche à miel 40 000 tonnes. On a apporté autant de sucre, de mélasse pour nourrir nos apis mellifera que le tonnage de miel de l’année...cherchez l’erreur !

Nous, on a fait le métier, on a fait ce qu’on a pu, faut pas nous engueuler !

Printemps pourri, on a appris à nager … alors que oui, nous aimons nager - mais dans le soleil en glissant sur ses rayons et en faisant du toboggan sur les fleurs. Ce qui vous attend c’est du miel chinois ou brésilien, bien coupé, provenance hasardeuse.

On a une taille de guêpe, on a rien eu à bouffer cette année. La classe ouvrière volante réfugiée chimique dépérit dans les champs devenus un long printemps silencieux sans nourriture.

N’allez pas dire après ça que l’on ne prête qu’aux ruches !

Bonne nouvelle : Monsieur Larcher, Président du Sénat, vétérinaire d’origine, soutien des chasses archaïques, déterrage de blaireau, chasse à la glue et autres joyeusetés émancipatrices au nom de la culture des terroirs ne s’est pas prononcé sur la corrida mais ses collègues viennent de le faire. L'Ordre des vétérinaires français, plus de 18 000 praticiens, vient de se positionner enfin clairement contre la corrida, et invite chaque vétérinaire à s’interroger sur sa position face à la corrida, du point de vue de l’éthique personnelle comme du point de vue de la dignité de la profession. Manuel Valls, lui, est sûrement toujours pour la corrida. Mais une profession, sans bonnet rouge qui prend le taureau par les cornes, c’est à saluer.

Des moutons sur le périphérique parisien, ce n’est pas nouveau mais sur les talus du périphérique, ça c’est nouveau. Peu prolifique, peu productif, il est le débroussailleur parfait, robuste, 45 cm au garrot seulement, il peut ramasser sans broncher toutes les pluies et tempêtes de l’ouest sans décoller même à Notre-Dame-des-Landes ! Robe noire, noisette ou blanche le mouton d’Ouessant est la tondeuse idéale sans pétrole, sans électricité, il vous fera mieux patientez dans les embouteillages que les radios commerciales concurrentes qui ne parleront jamais du mouton d’Ouessant. Vous me direz les moutons, les moutons sur le périph' c’est joli … mais qui va passer l’aspirateur ensuite ?

Lien

Naturalistes en lutte NDDL

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.