Chéri, la couette polaire a rétréci !

C’est le grand mois du blanc, approchez ! Réchauffement en Arctique (c’est là-haut, c’est au nord de Lille), températures incroyables en novembre !

Les températures sont restées entre 0° et -12°, -feignasses ! - au lieu des -25° à -30° habituels ... que vous, Inuits et phoques moyens, qui nous écoutez chaque samedi sur une grande partie de l'Arctique pouviez constater auparavant. Et ça vous dépite !

C'est une des conséquences du recul de la banquise. Quand l'eau a une température négative à - 2° environ, la banquise se forme et joue un rôle d'isolant. Cette "couverture" empêche l'eau de réchauffer l'air - qui est normalement autour de - 20° en novembre.

Or, cette année, la banquise étant très réduite, la chaleur de l'océan arctique a donc pu être transmise : l'air s'est réchauffé d'une vingtaine de degrés !Les Inuits, les phoques, les ours blancs ne nous disent pas merci !

Chéri, la couette polaire a rétréci ! Nous y voilà, à force de danser la zumba tout l'été sur le dance floor mondial « d’après nous le déluge », la fièvre du lundi matin et les courbes de températures crèvent le plafond...et l’Arctique a le front brûlant comme un cœur de centrale.

C'est quasiment nous qui réchauffons la chambre - fermez les radiateurs, le matelas bouillonne ! - la couette blanche de la banquise ?! A peine un drap de lit blanc, tout rikiki sur le ventre, qu'on envoie balader d'un revers de nageoire, on ne la supporte plus, la couette ! Out !

La banquise est mitée, la banquise n'a plus d'âge : au feu, au feu Madame La Banquise ! Ce n’est plus la banquise mais c’est la banqueroute. Aujourd’hui, le Titanic ne serait même pas certain de faire naufrage avec ou sans DiCaprio, les icebergs ont désormais l’apparence de bons gros glaçons paisibles flottants dans un whisky. Les esquimaux déglacés n'ont plus que leur bâton pour tenir debout, les phoques enlèvent leurs capuchons, les baleines suivent des régimes draconiens pour entrer dans le maillot de bain et les ours blancs sur leur confetti glacé s’interrogent sur la condition du climatique réfugié... Pour aller où ? - tout ce qui est réfugié aujourd’hui climatique ou non est indésirable - dans des zoos ? Tenez, peut-être, vous savez, dans une boule que l’on retourne pour faire tomber de la fausse neige. Ce sera très joli et nous rappellera le bon vieux temps de la biodiversité.

Glaçon de la banquise ! Qui n’a pas son glaçon de la banquise ! Profitez s'en ...Bientôt ce sera à ranger au rayon des antiquités pittoresques ! Chéri, tu as rétréci la couette polaire avec ton 4-4 et ton moteur à charbon. C’était par un froid qui pique, le grand mois du blanc et des soldes réunies, quelque part en Arctique.

Les Inuits, les phoques, les ours blancs ne nous disent pas merci, car pour eux le réchauffement, c’est maintenant.

C’est le grand mois du blanc, tout doit disparaître, encore un effort ! C’est bien parti car tout ce petit monde est quasiment à l’Arctique de la mort.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.