Venez vous réfugier, venez nager dans ces ondes douces, heureuses de vous retrouver !

Colline, un matin brumeux d'automne
Colline, un matin brumeux d'automne © Getty / Loop Images

Un hiver doux, printemps avec une bouée canard à la taille, mais vous reprendrez bien un thé à la menthe, un bout d’été brûlant ? 2015 année la plus chaude... avant la suivante.

Une humanité grouillante qui consomme sans compter, et qui le 8 août de cette année ne permet plus à la Terre de se régénérer, notre CO2 avec ou sans amour d’absorber.

En Floride, la récente tempête Hermine (pauv’ bête!) a sorti son seau et son balais, juste pour rappeler à son Gouverneur qu’il interdisait à son administration d’employer les termes de réchauffement climatique. Sous le tapis, ces gros mots- là, encore du balais !

Mais Pékin met l’accord de Paris sur les rails, la France adopte une taxe carbone et lance les obligations vertes, développe les territoires à énergie positive. Allez les US, allez l’Europe, on ne joue pas la loose,  lâchez-vous  ! Quelques jours avant le G20, c’est de la good new.

Les vacances, c’est aussi un temps pour porter ailleurs un regard apaisé.

Sous l’œil indifférent des corneilles à l'abri dans les arbres, des compagnies grassouillettes de pigeons ramiers arpentent les chaumes desséchées, sus au campagnol le renard mulote ! Les lapins de l'année jouent comme des peluches. En avant, en avant ! Perchée dans le lierre, la hulotte, les yeux clos, attend son heure avant de patrouiller les lisières, piquetées des lanternes discrètes des derniers vers luisants !  Le vent du soir caresse d’un froissement d’aile les pentes herbeuses et rafraîchit la plaine devenue silencieuse, à peine dérangée par les violons des sauterelles... Il fait si bon sortir enfin, se promener, s'asseoir dans l'herbe sans même déranger les ruminants, qui somnolent, pètent et méthanisent au milieu des champs ! Oui je sais, c’est moins poétique mais c’est la vie du ruminant ...

Alors, si vous n'avez pas de rupture des métacarpes à force de signer des pétitions sur le web,  il vous reste assez de force pour une fraternelle poignée de main à toutes les associations, bonnes volontés, coopérations qui n'hésitent pas à plonger dans l'océan des problèmes humains, écologiques, du monde animal que sais-je ?!

Dans cette émission, nous serons arbre, forêt, terreau, poisson. On s’emplumera comme un oiseau. Nous serons grandioses ou vermisseaux. Les vertébrés, les roseaux pensants, les vers de terre aussi auront le rond de serviette dans cette ronde du temps.

Se battre dans la marée monétaire, dans la grande confusion de l’époque, jusqu’au dernier moineau sauvage. Trouver des voies de sorties, trouver des solutions, car vous bougez ! Ca foisonne, vous avez des idées ! Coup de projecteur ? CO2 mon amour : faut pas hésiter à nous contacter !

S’indigner dénoncer ok c’est fait. Aujourd’hui, créer, énoncer, ensemble collaborer.  A la poubelle le vieux monde compartimenté. Par capillarité,  tout ceci va bien finir par remonter ; ça foisonne, bientôt ça moissonne.

Là où croit le péril croit aussi ce qui sauve

merci Hölderlin, poète romantique magicien pour ces mots d’or,  chers à Edgar Morin, bientôt dans cette émission.

Bref, le vivant, les enfants, les jeunes, les femmes, les hommes, expliquer, agir et les initiatives d’abord !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.