Les 10 et 11 juin, les jardiniers amateurs ouvrent leurs jardins au public...dépourvus évidemment de pesticides et d'engrais chimiques

* Faire et défaire c’est toujours faire. Bonne nouvelle : les Chinois redécouvrent le vélo dans les grandes agglomérations !

Dans les années 80 , la bicyclette était symbole de la Chine communiste. Après, il y a eu l'enrichissement ces dix dernières années, et hausse de la consommation de viande, de yaourts, de chips, de la voiture et de patates de canapé.

Ah le joli modèle, vive le mimétisme occidental ! Résultat : pollution des corps. Des entreprises cartonnent et pour le prix imbattable de 10 centimes d’euros, hop on repédale. Les poumons pékinois disent merci au baron Drais qui parcourut il y a quasi pile deux siècles - le 12 juin 1817- 14 km en seulement un peu plus d’une heure sur sa machine à courir, ancêtre de la bicyclette. Oui, vélo est donc bien l’anagramme de love.

* Bruxelles repousse encore l’épilogue de la saga des perturbateurs endocriniens qui vous dérèglent joyeusement le système hormonal aussi sûrement que le cynisme de Donald Trump dérègle le climat. En cause : les définitions. On n'est pas d'accord, et quand on le sera en jouant la montre, on s’activera à sortir des dérogations pour les substances actives qui perturbent les organismes autres que les vertébrés - et ça fait du monde ! Les coccinelles, libellules, abeilles, escargots, vers de terre attendent le résultat des courses avec intérêt, et nos enfants, premiers touchés par ce fléau silencieux, également.

* Toulouse, la fabuleuse, un torrent de cailloux roule dans ton accent...mais pas seulement !

Car entre les cailloux, figurez-vous, poussent des herbes, des herbes sauvages comme les idées ; et parfois cultivées comme des pensées qui se sèment à tous vents, en cœur, à foison. Elles se mettent en gerbes, se ramassent en bottes et se partagent comme un bon pain sorti du four !

Les Editions Plume de Carotte, installées impasse des Bons Amis- bon d'accord, il s'agit d' une impasse mais elle vaut bien l' avenue de la gloire !- publient des livres de nature, et celles-ci nous rappellent qu'une opération nationale est organisée par les Centre permanent d’initiatives pour l’environnement ce week-end . De quoi s’agit il ? De jardins partagés. Biodiversité, techniques douces, des centaines de jardins associatifs et particuliers, des petits bijoux d'entretien et d'amour souvent nichés entre deux plaques de béton, s’ouvrent au public. Science et conscience au doux service des plantes, loin des technologies ravageuses. Pas question de piétiner à gros sabots blindés les courgettes naissantes des initiatives citoyennes !

* Conscience qui a manqué au service des douanes australiennes qui n'a pas hésité à saisir et jeter à l'incinérateur un trésor patrimonial mondial, un herbier magnifique vieux de 230 ans, imprudemment prêté par le Muséum national d'histoire naturelle de Paris à ses collègues de l’Herbarium de Brisbane, au nom d'un principe de précaution bien pointilleux. Un trésor inestimable de plantes anciennes soigneusement rassemblées, définitivement disparues. Inestimable, donc sans valeur marchande sans doute. Il manquait des documents de quarantaine pour passer la douane, un mur administratif et bio-sécuritaire assez aveugle ; un de plus : " Ne circulez pas, il n'y a rien à savoir !" Les dromadaires koalas australiens tirent la gueule, et les dingos ne sont pas toujours là où l'on croit.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.