Le CETA voté, un climatosceptique à la tête de l'Agence de Protection de l’Environnement aux USA, les glaciers qui fondent encore plus vite que prévu... L'horizon est bien sombre…

Dès qu'il fait un peu beau et que les températures remontent, on se dit ça y est c'est le printemps !
Dès qu'il fait un peu beau et que les températures remontent, on se dit ça y est c'est le printemps ! © Getty / mrs

Dès qu'il fait un peu beau et que les températures remontent, on se dit ça y est c'est le printemps ! Les téméraires pinsons chantent, les merles se pourchassent entre les buissons, une abeille décongelée explore les premiers éclats d'or dans les forsythias, on embrasse les tout petits bourgeons...

Oui, c'est vrai , les jours rallongent, mais patience, il est encore trop tôt pour la fiesta des sens ! On en a tellement envie de ce renouveau, d'un peu d'amour et de chaleur quand on voit s'amonceler le pot au noir à l'horizon.

Les égoïsmes et la fureur ont investi la passerelle du monde, depuis les cales surchargées des cargos d'immigrants. La Terre paraît un peu mal barrée ....patience ! Il faut la débarrasser. Ce qu’a très bien compris Donald notre nouveau porteur d’humanisme, quasi copain de Poutine - qui à eux deux enjamberont l’Union Européenne ; Union Européenne qui a trouvé un nouvel argument un poil fallacieux pour résister à l’Amérique trumpienne : le CETA.

LIRE AUSSI | Traité CETA : on vote quoi, exactement ?

►ECOUTER AUSSI Nicole Ferroni | Avec l'ouverture du CETA, le loup risque d'être dans la bergerie

Le CETA, qui va réchauffer un peu plus la planète, et sur 1349 produits de terroir recensés, combien le CETA en reconnaîtra ? Que 173 indications géographiques. Amis paysans qui êtes déjà dans le dur, bonne chance.

Georges Orwell, en 1948, avait inventé dans 1984 un régime qui imposait à tous une autre réalité, un autre passé. La post vérité, les faits alternatifs sont en marche.

Un climatosceptique à la tête de l'Agence de Protection de l’Environnement des Etats Unis est là pour nous détricoter un peu plus le climat, une maille à l’endroit mais surtout à l’envers, un pull over avec de la laine de charbon, des aiguilles à tricoter en forme de pipe line XXL. A quoi bon écouter les scientifiques... Goldman Sachs à tous les étages, je te nique ; les Etats-Unis sont une entreprise, le monde est une entreprise, fonçons comme une entreprise et vive le Titanic !

Avec la nomination de Scott Pruitt, ami des hydrocarbures, dont le but sera de virer tous les obstacles environnementaux, à côté nos gentils vieux climato très sceptiques français... c’est Al Gore.

Et pendant ce temps qu’apprend-t-on cette semaine tout là-haut dans les montagnes ? Que les glaciers alpins fondent à une allure de GTGV (Glaciers à Très Grande Vitesse) ; ils font de la luge encore plus rapidement que ce pensaient les glaciologues.

Ils tirent la langue et bientôt les glaciers n’auront plus que leurs yeux pour pleurer ; mais pour pleurer quoi ?

Le printemps viendra c'est sûr. Quand les hommes d'affaires auront fini de mettre en coupe réglée ce qu'il reste de beauté sauvage, il nous faudra bien faire avec ce qu'ils auront laissé. Nous le ferons, même si rien ne va plus, les jeux ne sont pas faits. Et vigilance !

Des vagues de fond se lèvent, ce ne sont pas des clapotis. Dans le fond des consciences chante le colibri !

Amandiers et mimosas sont en fleurs... patience ! Il reviendra bien le temps des cerises.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.